Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Macron à Londres : « Je compte mener la bataille jusqu'au bout»

Publié par MaRichesse.Com sur 12 Septembre 2016, 03:36am

Catégories : #POLITIQUE, #FRANCE, #ANGLETERRE

Macron à Londres : « Je compte mener la bataille jusqu'au bout»

Le pas encore candidat ni droite ni gauche s'est rendu à Londres pour y lancer En Marche et lever des fonds.

 

Après le Cantal, la campagne de terrain d'Emmanuel Macron a fait un détour par Londres où vivent près de 300.000 Français, souvent très mobilisés par les enjeux de l'élection présidentielle. Il s'agissait d'y lancer son mouvement En Marche! A la fois pour mobiliser des soutiens et, surtout, lever des fonds. Le pas encore candidat qui se targue de ne recevoir aucune subvention publique estime ses besoins à 9 ou 10 millions. «Je manque de temps, d'argent et de talents», annonce-t-il de but en blanc, vu la proximité des échéances.

 

Pour ce faire, il a revu à Londres des soutiens potentiels déjà rencontrés lors de ses visites en tant que ministre qui attendaient qu'il franchisse le pas. Un aréopage de Français de la City s'est réuni jeudi soir autour de lui lors d'un dîner chez le banquier franco-libanais Samir Assaf, directeur général chez HSBC. Un petit-déjeuner vendredi avec une vingtaine d'entrepreneurs de start-up a suivi, organisé par Albin Serviant, ambassadeur de la French Tech londonienne. L'ancien ministre a ensuite présenté sa démarche à une grosse centaine de sympathisants, avant de rencontrer des journalistes britanniques et de s'exprimer sur le Brexit et l'avenir de l'Europe dans un think-tank. 

 

"Gagner une élection en disant la vérité" 

«Nous sommes prêts et je compte mener la bataille jusqu'au bout. Cette aventure doit être tentée», a-t-il conclu devant les militants. Sans se déclarer ouvertement, il assure son intention d'aller «jusqu'aux échéances électorales». Il a répété son offre alternative aux clivages traditionnels d'un système politique et d'une société sclérosés par les conservatismes et les corporatismes. Il a raillé les primaires à droite et à gauche comme des «mécanismes de contournement des contradictions» inhérentes aux partis. Il a évoqué son intention de débloquer le marché du travail par «beaucoup plus de flexibilité» assortie des «bonnes protections», de lutter contre les inégalités dues à la mondialisation et d'organiser une société «ouverte dans un monde défié par le terrorisme». 

Sur cette question où on l'a encore peu entendu, il dénonce les «proportions folles» prises par le débat sur le burkini. Il fustige la réponse de droite visant à promouvoir une identité française chrétienne. «Ces gens-là sont complètement fous», selon lui, en prenant le risque de «déclencher une guerre civile avec 6 millions de musulmans». Mais il estime que 25% des musulmans français ne respectent pas les règles de la République. 

Emmanuel Macron veut expliquer son «plan de transformation» pour provoquer l'adhésion populaire à ses réformes, et s'y tenir. «La grande question est: peut-on gagner une élection en disant la vérité? Mon pari est que c'est possible, parce que c'est une élection présidentielle», se persuade l'ancien conseiller de François Hollande, encouragé par notre sondage de cette semaine qui le place en tête de la gauche. En Marche! est en train de s'organiser pour trouver des candidats à présenter dans toutes les circonscriptions aux législatives afin de capitaliser sur une victoire à la présidentielle. Mais à part ça, il n'est toujours pas candidat. 

 Source

Commenter cet article

Archives