Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Les athlètes paralympiques courent plus vite que les valides

Publié par MaRichesse.Com sur 15 Septembre 2016, 09:38am

Catégories : #SPORTS, #PEOPLE

L’Algérien Abdellatif Baka, médaillé d’or aux Jeux paralympiques de Rio dans la nuit du dimanche 11 au lundi 12 septembre, a établi un nouveau record du monde paralympique (3’48’’29). / Bob Martin/AP

L’Algérien Abdellatif Baka, médaillé d’or aux Jeux paralympiques de Rio dans la nuit du dimanche 11 au lundi 12 septembre, a établi un nouveau record du monde paralympique (3’48’’29). / Bob Martin/AP

 

De nombreux records du monde en natation et en athlétisme ont été battus depuis le début des Jeux paralympiques de Rio.

Les performances de certains athlètes approchent celles des meilleurs valides voire, pour certains cas exceptionnels, les dépassent.

 

Avec le temps qu’il a réalisé sur 1 500 m, l’Algérien Abdellatif Baka, médaillé d’or aux Jeux paralympiques de Rio dans la nuit du dimanche 11 au lundi 12 septembre, aurait été sacré champion olympique un mois plus tôt.

 

La course, une discipline vedette

Le jeune coureur de 22 ans, malvoyant, déjà titré sur 800 m à Londres en 2012, a foncé vers la plus haute marche du podium. Sur la piste bleue du stade Nilton-Santos, il a établi un nouveau record du monde paralympique (3’48’’29), courant plus vite que l’Américain Matthew Centrowitz, champion olympique du 1 500 m à Rio en août dernier.

 

Certes, cette finale avait été particulièrement lente et très loin du record du monde valide de la distance détenu depuis 1998 par le Marocain Hicham El Guerrouj (3’26’’00), mais la performance d’Abdellatif Baka n’en demeure pas moins exceptionnelle.

Elle illustre également la montée en puissance constante des athlètes paralympiques, poussés par une concurrence internationale accrue, et dont la préparation s’avère de plus en plus professionnelle.

 

En natation, un faible écart entre personnes valides et handicapées

L’Irlandais Jason Smyth (29 ans), champion paralympique du 100 m T13 (personnes souffrant d’une cécité légère), détient, lui, le record du monde de la distance en 10 s 46. Il est considéré comme l’athlète handisport le plus rapide du monde. S’il n’a pas amélioré sa marque à Rio, de nombreux sportifs en athlétisme et en natation l’ont fait, parfois très largement, participant ainsi à réduire l’écart avec les meilleurs athlètes valides.

Dans les bassins, toutefois, cet écart demeure important à de rares exceptions près, comme celle de l’Ukrainien Denys Dubrov, médaillé d’or sur 100 m papillon, record du monde à la clé. Sur la piste, en revanche, la sprinteuse cubaine Omara Durand, qui souffre de cécité partielle et qui court avec un guide, a porté son record du monde à 11 s 40, une performance qui lui aurait valu de frôler une qualification pour les demi-finales des Jeux olympiques.

 

La question des prothèses

En revanche, deux records emblématiques, ceux des 100 et 200 m T 43 et T 44 masculins (personnes amputées d’une ou deux jambes qui courent grâce à des prothèses), n’ont pas été améliorés à Rio. Pourtant, il a beaucoup été dit que ces fameuses prothèses pourraient donner un avantage aux athlètes qui en portent depuis les performances de la star paralympique déchue Oscar Pistorius, qui avait participé aux Jeux olympiques 2012 avec les valides. La question reste ouverte.

Samedi 17 septembre, tous les regards se porteront sur le sautoir du stade olympique. Markus Rehm, le sauteur en longueur allemand de 28 ans, entrera en lice. Il devrait survoler un concours où tout le monde attend un record du monde. Amputé du tibia droit, l’athlète a déjà sauté à 8,40 m ! Une prouesse qui lui aurait permis, s’il avait eu le droit de concourir, de battre le champion olympique de Rio l’Américain Jeff Henderson, qui a remporté sa première médaille d’or olympique grâce à un bond à 8,38 m. 

 Source

Commenter cet article

Archives