Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Les animaux qui s'entretuent le plus sont... les mangoustes

Publié par MaRichesse.Com sur 30 Septembre 2016, 06:48am

Catégories : #ANIMAUX

Les animaux qui s'entretuent le plus sont... les mangoustes

Des chercheurs ont comparé la tendance à s'entretuer chez plus de mille espèces animales.

Afin de mieux comprendre les tendances meurtrières chez l'homme du point de vue de l'évolution, une équipe de biologistes de l'université de Grenade a analysé la propension de mille espèces de mammifères à s'entretuer au sein de leur espèce. Selon leur étude publiée dans la revue Nature, ce sont les suricates, un type de mangouste, qui se tuent le plus entre eux.

A première vue, les suricates sont des animaux plutôt mignons qui vivent en Afrique du Sud-Ouest et ne dépassent pas les soixante centimètres, mais ils sont extrêmement cruels envers les membres de leurs espèces. Près d'un suricate sur cinq, en général plutôt un jeune, est tué par un autre suricate, souvent plus âgé. En effet, pour protéger leur statut au sein du groupe, les femelles suricates dominantes n'hésitent pas à tuer les petits de leurs rivales, à attaquer leurs propres filles et tuer leurs petits-enfants.

Ed Yong, un journaliste de The Atlantic, a créé un graphique pour rendre plus lisible l'étude de Nature, et on y apprend, entre autres, que les gazelles et les écureuils sont dans le top trente en termes de meurtres intra-espèce. Il s'avère aussi que les chinchillas s'entretuent plus que les ours.

En règle générale, la tendance à tuer au sein de son espèce est présente chez près de 40% des mammifères. Certains, comme les lapins, les chauve-souris et les baleines ne s'entretuent quasiment jamais.

Quant aux primates, le groupe dont font partie les ancêtres de l'homme, ils sont beaucoup plus violents que la moyenne des mammifères. En effet, alors qu'en moyenne, seulement 0,3% des morts de mammifères sont causées par des membres de la même espèce, le taux est de 2,3% pour les primates. 

Les auteurs de l'article ont aussi déduit que le taux de violence au Paléolithique était compris entre 3,4 et 3,9%, et que ce taux avait atteint 12% au Moyen-Age, avant de baisser considérablement à l'âge moderne. Pour obtenir ces chiffres, l'équipe réunie sous la direction de José María Gómez a analysé d'innombrables statistiques historiques pour analyser les causes de mort dans six cent populations humaines différentes entre 50.000 avant J.C. et nos jours.

Des scientifiques interrogés par The Atlantic ont noté que la comparaison mammifère/homme effectuée par les auteurs de l'étude était quelque peu problématique dans la mesure où chez les primates, c'est l'infanticide qui est le type de meurtre le plus commun. La tendance meurtrière de l'homme demeure donc unique en ce qu'il s'agit du meurtre d'autres adultes, une pratique que l'on trouve rarement chez les mammifères, à part quelques carnivores comme les lions et les loups. 

 Source

Commenter cet article

Archives