Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Le vitiligo, cette maladie qui éclarcit la peau

Publié par MaRichesse.Com sur 14 Septembre 2016, 03:16am

Catégories : #PEAU, #MALADIE, #SANTE-BIEN-ETRE

Le vitiligo, cette maladie qui éclarcit la peau
Cette pathologie, qui concerne 1 % de la population française, provoque une perte progressive de la pigmentation cutanée. Son développement peut être freiné et la peau récupérer sa couleur d'origine.

 

Le vitiligo, vous en avez probablement déjà entendu parler sans savoir de quoi, précisément, il en retourne. C'est une maladie chronique qui provoque l'apparition de traces blanches sur la peau, préférentiellement sur les mains, les pieds et le visage. Dans la moitié des cas, elle démarre avant l'âge de 20 ans. «Le vitiligo cause la perte des mélanocytes, ces cellules de l'épiderme qui fabriquent le pigment de la peau (la mélanine), entraînant l'éclaircissement de la peau jusqu'au blanchiment», explique le Pr Khaled Ezzedine, dermatologue spécialisé dans les troubles de la pigmentation, à l'hôpital Henri-Mondor, à Créteil. On estime à 600 000 le nombre de personnes touchées par la maladie en France. Et pourtant, les spécialistes manquent. «Mon agenda de consultations est plein jusqu'à septembre 2016», souligne le dermatologue.

Les mystères des mécanismes à l'œuvre dans le développement de cette pathologie complexe ne sont pas encore entièrement résolus, mais les médecins ont d'ores et déjà conclu que l'origine du vitiligo est génétique. Une quinzaine de gènes, pour la plupart liés au système immunitaire, pré- disposent à la maladie. Une exposition à certains facteurs environnementaux (stress ou soleil par exemple) suffit ensuite à déclencher la dépigmentation. Par ailleurs, certains subiront seulement une ou deux poussées dans leur vie ; d'autres tous les ans, sans que l'on sache exactement pourquoi.

Le vitiligo n'est pas douloureux, mais il n'est pas bénin pour autant. «Dans 25 % des cas, il est associé à des maladies auto-immunes (diabète ou problèmes de thyroïde), explique le Pr Ezzedine. Et même si le pronostic vital n'est pas engagé, pour les personnes atteintes, c'est un drame de perdre la couleur de leur peau, notamment à l'adolescence.» Les conséquences psychologiques sont réelles. «Une dame m'a ainsi remercié après un traitement parce que son fils n'avait plus honte de se promener avec elle», raconte le spécialiste.

Des traitements efficaces

Si le vitiligo ne se guérit pas, il existe des outils efficaces pour le combattre. «On ne peut pas prévenir les poussées, mais certains traitements les bloquent. On peut ainsi stabiliser la maladie grâce aux corticoïdes. Et plus tôt on traite un vitiligo, mieux le traitement fonctionne.» Ensuite, la photothérapie est utilisée pour repigmenter des zones atteintes de blanchiment. La lumière permet de relancer la production de mélanine à partir des réserves de mélanocytes contenues dans les poils. Une méthode reconnue (exceptée sur les mains et sur les pieds, des zones glabres pauvres en réserves de mélanocytes) mais qui demande de la patience. Il faut compter au moins un an de traitement. Si la maladie reste encore peu connue et parfois mal prise en charge par les médecins, les options thérapeutiques sont en pleine mutation. «Des traitements dédiés à cette maladie, des immunosuppresseurs, sont sur le point d'émerger», se réjouit Khaled Ezzedine. Aucune raison, donc, de perdre espoir pour les malades. 

 Source

Commenter cet article

Archives