Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Le président philippin veut «manger» les terroristes vivants

Publié par MaRichesse.Com sur 9 Septembre 2016, 09:50am

Catégories : #POLITIQUE, #GUERRE, #MONDE

Le président philippin veut «manger» les terroristes vivants

Après les criminels et les trafiquants de drogue, le président philippin Rodrigo Duterte s’attaque aux terroristes, menaçant de les dévorer vivants «avec du sel et du vinaigre».

La menace de Rodrigo Duterte visait le groupe islamiste Abou Sayyaf, qui serait à l’origine de l’attentat à la bombe qui a fait 14 morts vendredi à Davao, ville dont le président a été maire.

«Vous savez, je peux manger des humains. J’ouvrirai votre corps. Donnez-moi juste du vinaigre et du sel et je vous dévorerai», a-t-il ainsi souligné, déclenchant l’hilarité des spectateurs assistant à son discours. «C’est vrai. Si vous m’ennuyez de trop, je vous mangerai vivant», a-t-il ajouté, cité par la presse locale.

 

Abou Sayyaf, un groupe terroriste lié à Daesh

Depuis plusieurs mois, Rodrigo Duterte multiplie les déclarations chocs. Jusqu’à présent, il réservait ses menaces aux criminels et aux trafiquants de drogue, dont il a fait son cheval de bataille. Il avait notamment encouragé les citoyens à tuer les dealers et les toxicomanes. «Oubliez les lois sur les droits de l’Homme […] Vous les dealers, les braqueurs et les vauriens, vous feriez mieux de partir. Parce que je vais vous tuer», avait-il lancé lors d’un meeting.

Des menaces qui ont été mises à exécution. Depuis son accession au pouvoir en mai dernier, 2.400 personnes ont été tuées, dont 1.011 par les forces de l’ordre, dans le cadre de la lutte contre le crime.

De son côté, Abou Sayyaf n’a pas encore réagi aux propos de Rodrigo Duterte. Ce groupe islamiste, issue de l’insurrection séparatiste musulmane, a fait allégeance à Daesh en 2014.  C’est ce même groupe qui a décapité il y a quelques mois un otage canadien

 Source

Commenter cet article

Archives