Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Le choc des cultures

Publié par MaRichesse.Com sur 3 Septembre 2016, 03:42am

Catégories : #LIVRES-A-LIRE, #JAPON, #CANADA

Le choc des cultures

Après avoir écrit Comment je suis devenu touriste, Napoléon Voyage et Normal, voilà que l’auteur Jean-Philippe Lehoux poursuit l’exploration des thèmes touristiques avec L’Écolière de Tokyo. Cette comédie dramatique, qui sera présentée en ouverture de saison au Théâtre Fred-Barry, promet un choc culturel à plusieurs égards.

L’auteur québécois, qui explore le thème du tourisme dans ses pièces, a déjà confié au Journal avoir connu des aventures amoureuses qui ont mal tourné au Japon. Un point de départ intéressant pour écrire sa nouvelle ­création, ­ L’Écolière de Tokyo, où l’on retrouve plusieurs thèmes et beaucoup d’action.

Déjà, on découvrira Claude, interprété par Daniel Gadouas, qui se trouve au Japon­­ et qui n’y est pas par hasard ni pour faire du tourisme. «C’est un homme qui vient de perdre son emploi au Québec, dans l’usine où il travaillait à réparer de la machinerie», relate l’acteur Daniel Gadouas­­ à propos de son personnage sexagénaire. «On lui a fait comprendre qu’il était dépassé en matière de technologie.»

Acte de protestation

Claude, désormais sans repères, sans emploi­­, n’ayant plus rien devant lui et de surcroît analphabète, se retrouve dans un état d’esprit où il sent qu’il n’a plus rien à perdre. S’il s’est rendu au Japon, c’est que l’entreprise qui l’a remercié est sur le point d’ouvrir une usine à Tokyo. «Il s’est rendu à Tokyo dans l’idée de commettre un geste de protestation», précise Daniel Gadouas. «En plus, il n’était pas très aimé par ses collègues et son entourage de travail.» On comprend qu’il y va pour s’y faire seppuku, une forme de suicide, ni plus ni moins.

Un jeune aventureux

Claude rencontrera par hasard, dans un café de Tokyo, Samuel, personnifié par Jean-Philippe Perras, qui est aussi ­Québécois. C’est un grand voyageur, qui se promène d’un pays à l’autre pour s’amuser. «C’est un jeune homme ­superficiel, qui voyage sans se soucier de l’aspect financier, étant financé par ses ­parents, explique­­ le comédien. Claude viendra brouiller les cartes et chambouler ses valeurs­­.»

Ainsi, deux hommes, de générations différentes­­ et avec des objectifs différents, se retrouvent dans une fuite, animés par un désir d’errance.

«La pièce est abordée de façon originale avec une application pour apprendre le japonais­­», explique l’acteur. L’application Le japonais pour voyageurs libres et heureux occupera l’emploi du temps de Sam.

On apprend également que Samuel a dans sa mire une jeune Japonaise. «Les choses vont mal tourner entre Sam et le père de la jeune femme», confie Daniel Gadouas.

Parmi les autres personnages, on ­compte le professeur (Michel-Olivier Girard) et Monsieur Tanaka (Miro Lacasse).

En fin de compte, c’est un événement plutôt ­tragique qui pourrait survenir en conclusion de la pièce.

L’ÉCOLIÈRE DE TOKYO

Auteur: Jean-Philippe Lehoux

Mise en scène: Charles Dauphinais

Distribution: Daniel Gadouas, ­Michel-Olivier Girard, Miro Lacasse et Jean-Philippe Perras

Du 6 au 24 septembre

Au Théâtre Denise-Pelletier

(Salle Fred-Barry)

Commenter cet article

Archives