Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


La Suède passe à une économie totalement sans argent liquide

Publié par MaRichesse.Com sur 3 Septembre 2016, 09:49am

Catégories : #ECONOMIE, #ARGENT, #SUEDE

La Suède passe à une économie totalement sans argent liquide

Rien n’est plus ordinaire qu’un lundi matin dans une banque suédoise.
Les gens vaquent à leurs affaires sans un bruit, avec une efficacité toute scandinave. Dehors, il fait généralement gris et froid.

Mais le 22 avril 2013, la scène qui s’est déroulée dans la succursale d’Östermalmstorg de la Skandinaviska Enskilda Banken était haute en couleur. Il était 10 h 30 quand un homme affublé d’une casquette noire a fait irruption dans le bâtiment. « C’est un hold-up ! » a-t-il dit, pointant son arme sur les banquiers d’une main, agitant un sac en toile vide de l’autre. « Donnez-moi le fric ! »

Le braqueur : « Où est-ce que je peux aller ? »

Si le personnel était paniqué, personne ne l’a montré. Les employés ont calmement informé l’intéressé que sa demande ne pouvait être satisfaite. La banque n’avait pas de liquidités. Ni dans les coffres, ni dans les guichets.

Face à la confusion du braqueur, ils lui ont indiqué une affiche sur le mur disant qu’il s’agissait d’une banque « cashless ». « C’est vrai », lui a dit le directeur. « Désolé. » Déconcerté, l’aspirant voleur a baissé son arme et tourné les talons. Avant de sortir, il s’est retourné vers un des caissiers et lui a demandé : « Où est-ce que je peux aller ? »

>> Lire l’intégralité de l’article sur Ulyces.​

Il avait en réalité peu d’options. Ce que cet homme ne réalisait pas, c’est que son pays est à l’avant-garde d’une transition économique mondiale. Les liquidités sont au monde de la finance ce que les blocs de papier sont au bureau moderne : de moins en moins nécessaires et en voie de disparition.

.
.

Certains pays acceptent ce futur plus rapidement que d’autres. Les États-Unis en sont à la moitié du processus, d’une certain point de vue : selon la Réserve fédérale, les Américains utilisent du liquide pour 46% de leurs transactions, préférant l’usage des chèques, cartes de crédit et autres applications de paiements par smartphones.

L’apparition des plateformes numériques, des lecteurs de cartes Square aux services comme Venmo, Apple Pay, Google Wallet ou Paypal, rendent tout achat aussi simple que l’envoi d’un SMS. Certains trouvent cela énervant, pourtant, malgré même les problèmes de sécurité liés aux violations de données ou aux usurpations d’identité, la transition vers un monde cashless semble inévitable, voire imminente.

Avant-garde

Les Suédois vivent pour leur part dans une réalité accélérée, où demain est en avance sur hier. Ils sont sept fois moins nombreux qu’en France et leurs infrastructures informatiques sont si développées que le pays tout entier peut quasiment changer de système d’un jour à l’autre.

Ce faisant, la Suède est devenue la version bêta d’une société future, à l’instar de San Francisco – en plus propre et encore plus connectée. Stockholm a récemment annoncé qu’elle serait une des première villes au monde à posséder un réseau 5G, et la majeure partie du pays devrait disposer d’un Internet à très haut débit d’ici 2020.

Pas étonnant de la part d’un pays qui se trouve à l’avant-garde depuis si longtemps. Il y a plus de 350 ans, la Suède était la première nation européenne à imprimer sa monnaie. Aujourd’hui, elle pourrait être la première à la supprimer.

« Money Money Money »

À moins que les défenseurs du liquide ne s’interposent. Même en Suède, le changement ne se fait pas sans difficulté. Deux hommes puissants se font face au cœur de cette transition massive. Ils s’affrontent dans un débat national sur l’utilité d’une monnaie physique au XXIe siècle. Et comme l’histoire se passe en Suède, ils s’appellent tous les deux Björn.

« Money, money, money

Must be funny

In the rich man’s world

Money, money, money

Always sunny

In the rich man’s world »

 
« Money Money Money »

Dans le clip de la chanson d’Abba de 1976 « Money, Money, Money », Björn Ulvaeus, qui l’a écrite avec son ami Benny Andersson, arbore une coupe de cheveux hirsute et porte un kimono en satin garni de strass.

Quarante ans plus tard, le multimillionnaire s’habille plus sobrement. Il habite une maison du quartier le plus huppé de Stockholm, Djursholm, où il a découvert que l’argent n’était peut-être pas si amusant que ça. Il s’agit de Björn n°1, figure du mouvement anti-cash.

La radicalisation d’Ulvaeus remonte au 25 octobre 2008, quand des cambrioleurs ont tenté de s’introduire dans l’appartement de son fils, Christian. Ils n’ont pas réussi, mais ils lui ont flanqué la frousse. Christian a commencé à surveiller chaque recoin de sa maison, craignant qu’ils ne reviennent à la charge. Quelques semaines plus tard, ils étaient de retour. Christian était au travail quand deux hommes se sont introduits par son balcon et ont volé ses appareils photos, ainsi qu’une veste de créateur.

Ce n’était pas une perte incommensurable, mais Christian a été assez ébranlé pour décider de déménager. Pour son père, cette histoire est absolument scandaleuse. « J’ai commencé à me dire qu’ils avaient dû aller quelque part échanger ces objets contre des billets de banque », raconte Ulvaeus alors que nous déjeunons chez un traiteur près de chez lui. « Que se passerait-il s’il n’y avait pas de billets ? »

Assécher l’économie criminelle

Ulvaeus, fort de son statut d’idole de la pop (du moins en Suède), a commencé à écrire des articles d’opinion pour des journaux et des sites web. Son argument est simple : l’économie criminelle repose sur la nature anonyme et impossible à tracer de l’argent liquide. En effet, une grande partie de l’argent en circulation dans le monde – peut-être la majeure partie – n’est pas comptabilisée.

La Banque mondiale estime qu’environ un tiers des liquidités dans la plupart des pays circule clandestinement, sur les marchés noirs ou dans le travail clandestin. En supprimant le cash, les voleurs n’auraient plus de moyen infaillible de revendre leurs biens volés, les dealers ne pourraient plus cacher leurs transactions et toute l’économie parallèle finirait par s’effondrer.

Plus Ulvaeus y pense, plus cela lui paraît logique et plus il s’énerve. À ses yeux, l’attachement à la monnaie physique n’est pas seulement nostalgique mais parfaitement irrationnel, et même dangereux. En 2011, Ulvaeus a cessé d’utiliser de l’argent sous forme de billets et n’y a plus touché depuis.

Le musée d’Abba donne l’exemple

Deux ans plus tard, il a cofondé le musée officiel d’Abba à Stockholm. Un endroit flamboyant où les visiteurs peuvent se glisser dans des clips et acheter des bottines dorées approuvées par le groupe. Ulvaeus a insisté pour qu’aucun argent liquide ne soit accepté dans l’établissement. Le jour de l’ouverture, on pouvait lire sur des panneaux placés à l’entrée et dans la boutique de souvenirs :

« Je défie quiconque de me donner des arguments en faveur de l’argent liquide plus convaincants que tous les bénéfices qu’il y aurait à s’en débarrasser. Imaginez la souffrance causée dans le monde entier par le crime, du trafic de drogue au vols de vélos. Le crime a besoin de cash.

La couronne suédoise est une petite monnaie, qu’on n’utilise qu’en Suède. C’est l’endroit idéal pour mettre en place le plan de lutte contre contre le crime le plus important jamais réalisé. Nous pouvons et nous devons être la première société sans monnaie au monde. — Björn Ulvaeus »

Björn Ulvaeus à l'ouverture du musée Abba, le 6 mai 2013
Björn Ulvaeus à l’ouverture du musée Abba, le 6 mai 2013 - Frankie Fouganthin/Wikimedia Commons/CC

La croisade d’Ulvaeus a donné un coup de projecteur à un processus déjà bien engagé et beaucoup plus vaste. Des années auparavant, les banques de Suède se sont réunies pour accélérer le sevrage des pièces et des billets, sous la bannière de la lutte contre le crime. Elles ont lancé une grande « campagne de sécurité publique » qui encourageait les gens à payer avec leur cartes de crédit plutôt qu’en espèces, pour amoindrir le risque d’être victime d’une agression.

Elles ont aussi commencé à vider leurs coffres de toute monnaie physique. L’idée était instinctivement séduisante pour la plupart des Suédois : le pays a beau être l’un des plus sûrs au monde, ils recherchent constamment de nouveaux moyens d’éradiquer le crime.

Une appli pour payer de personne à personne

Alors qu’Ulvaeus ouvrait son musée, les banques suédoises ont lancé l’application Swish. C’est elle qui a permis à la Suède de se distinguer de ses voisins scandinaves, eux aussi très portés sur les nouvelles technologies et l’utilisation minimale de liquidités. Swish remplace le liquide dans son dernier bastion : le paiement de personne à personne. Cette version survitaminée de Venmo transfère les fonds instantanément du compte d’un utilisateur à un autre, sans délai de traitement supplémentaire. Tout ce dont on a besoin, c’est du numéro de téléphone du destinataire.

Depuis son lancement, près de la moitié de la population suédoise utilise l’application. En décembre dernier, les Suédois ont swishé plus de 10 millions de fois. Même les petits commerces acceptent les paiements Swish, tout comme les sans-abris qui vendent des magazines dans les rues de Stockholm (et si vous n’avez pas l’application, ils ont souvent des lecteurs de cartes).

En l’espace de quelques années, l’activisme des banques soutenu par Ulvaeus a transformé la société suédoise. En 2010, 40% des transactions étaient effectuées en espèces. En 2014, leur nombre était presque tombé à 20%. Plus de la moitié des banques ne délivrent plus d’espèces.

Baisse du nombre de braquages

Björn Ulvaeus dispose désormais de statistiques sur lesquelles s’appuyer quand il affirme qu’il s’agit du « plan de lutte contre contre le crime le plus important jamais réalisé ». En 2014, le Conseil national suédois pour la prévention de la délinquance a enregistré 23 braquages de banques, soit 70% de moins qu’une décennie plus tôt. Au cours de la même période, les agressions ont baissé de 10%.

Même si la relation entre transition vers une économie cashless et baisse de la criminalité urbaine n’est pas encore évidente, la police affirme que l’intérêt de braquer un chauffeur de bus, de taxi ou bien un commerçant est moindre s’ils n’ont pas de liquidités. Beaucoup de travailleurs disent se sentir désormais plus en sécurité.

Mais pour Ulvaeus, ce n’est pas suffisant. La simple présence de liquidités en Suède l’exaspère. « Pourquoi achèterait-on des choses avec un bout de papier qui peut être contrefait et utilisé sur le marché noir ? C’est tellement anti-moderne », estime-t-il. « C’est tellement dépassé. »​

Mais plusieurs incidents ont montré que la disparition croissante de l’argent liquide et le tout électronique peuvent aussi avoir de mauvais côtés. 

 Source

Commenter cet article

Archives