Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


La pollution de l'air tue plus que le sida ou le paludisme

Publié par MaRichesse.Com sur 10 Septembre 2016, 07:11am

Catégories : #SANTE-BIEN-ETRE, #POLLUTION, #ENVIRONNEMENT

La pollution de l'air tue plus que le sida ou le paludisme
INFOGRAPHIE - Chaque année, l'air pollué cause la mort prématurée de 5,5 millions de personnes dans le monde.

 

Les maladies causées par la pollution de l'air (maladies cardiovasculaires, cancers des poumons, maladies pulmonaires chroniques, infections respiratoires) ont entraîné la mort prématurée de 2,9 millions de personnes dans le monde en 2013, selon les derniers chiffres publiés par la Banque mondiale. Si l'on y ajoute les effets de la pollution dans les foyers, liée à l'utilisation de combustibles solides (bois, charbon) pour se chauffer et cuisiner, le nombre de morts s'élève à 5,5 millions. C'est six fois plus que le paludisme et quatre fois plus que le sida, note l'institution.

 

La pollution de l'air est aujourd'hui la quatrième cause de décès prématurés dans le monde, derrière les risques métaboliques (diabète, cholestérol élevé, hypertension), l'alimentation et le tabagisme. Dans les pays à faibles et moyens revenus, elle dépasse même le tabac pour prendre la troisième place. Les régions les plus touchées sont les aires urbaines qui se développent le plus rapidement, où l'augmentation de la population, du nombre de véhicules, de l'utilisation de combustibles polluants ou encore la mauvaise gestion des déchets dégradent l'air.

Ainsi, des régions du Sud et de l'Est de l'Asie mais également du Pacifique ont connu la hausse la plus importante de la pollution ces dernières années, avec des concentrations en particules atteignant près de trois fois la valeur limite recommandée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). L'Asie de l'Est et l'Asie-Pacifique comptent plus de 2,2 millions de décès dus à la pollution extérieure (air ambiant) comme intérieure (pollution du foyer), suivie par l'Asie du Sud (1,8 million), puis l'Afrique sub-saharienne (605.000). Dans ces pays, les enfants de moins de cinq ans ont 60 fois plus de chance de décéder de la pollution de l'air que ceux vivant dans des pays à revenus élevés. En Europe et Asie centrale, un demi-million de personnes meurent à cause de la pollution et 100.000 aux États-Unis.

Au total, environ 87% de la population mondiale vit dans une zone où les quantités de particules fines (les PM 2,5, de diamètre inférieure ou égale à 2,5 micromètres, soit un trentième de la largeur d'un cheveu) excèdent les recommandations dictées par l'OMS. En raison de leur petite taille, ces particules, qui sont en grande partie issues des activités humaines (chauffage, centrales électriques, véhicules à moteur, industries...) peuvent pénétrer au plus profond de nos voies respiratoires. Elles peuvent ainsi endommager les poumons, mais aussi de nombreux organes, tels que le coeur, le cerveau, le système vasculaire ou encore la reproduction.

En France, une étude publiée en juin dernier par l'agence de Santé publique évaluait à au moins 48.000 le nombre de victimes annuelles liées à la pollution de l'air. 

 Source

Commenter cet article

Archives