Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


L’université Georgetown reconnaît son passé esclavagiste

Publié par MaRichesse.Com sur 3 Septembre 2016, 06:16am

Catégories : #ETATS-UNIS, #ECOLE, #RACISME

La prestigieuse université catholique installée à Washington a décidé de faire amende honorable pour son passé esclavagiste en facilitant l’admission de descendants d’esclaves et en érigeant un mémorial sur son campus.

L’université Georgetown reconnaît son passé esclavagiste

L’université Georgetown “vient de prendre une série de mesures historiques pour expier les actes des jésuites qui la dirigeaient auXIXe siècle, qui possédaient des esclaves et ont vendu 272 d’entre eux à des plantations du sud des États-Unis en 1838” afin d’éponger les dettes de l’établissement, rapporte The New York Times.

Parmi les mesures annoncées le 1er septembre par le président de l’université John DeGioia : deux bâtiments du campus seront rebaptisés en l’honneur d’un des esclaves vendus en 1838 – mais surtout l’université a décidé d’“accorder des conditions d’admission préférentielles aux descendants d’esclaves”, souligne le journal. Une première aux États-Unis.  

 

Réconciliation

The New York Times souligne que “de nombreuses universités américaines ont eu des liens avec l’esclavage”, mais que la vente d’esclaves par l’université Georgetown en 1838 se distingue à la fois par son importance, par son lien direct avec la santé financière de l’établissement, mais aussi par le fait que “les noms des esclaves vendus ont été dûment enregistrés par les jésuites qui dirigeaient l’établissement, ce qui permet aujourd’hui de pouvoir retrouver leurs descendants”.

Si le quotidien de New York, à l’instar d’autres médias américains, applaudit le geste de l’université, il estime néanmoins que celle-ci devrait mieux associer les descendants à ses efforts de réconciliation et devrait surtout “mettre en place un fonds de bourses d’études pour les descendants d’esclaves pauvres et qui ont pâti des conséquences de l’esclavage de leurs ancêtres dont l’université, elle, a tiré un large profit”.  

 Source

Commenter cet article

Archives