Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


L’insulte de trop du président philippin

Publié par MaRichesse.Com sur 6 Septembre 2016, 09:05am

Catégories : #POLITIQUE, #MONDE

Traité de «fils de pute» par Rodrigo Duterte, le président américain Barack Obama a annulé mardi une rencontre avec son homologue philippin en marge d’un sommet au Laos des pays d’Asie du Sud-Est

L’insulte de trop du président philippin

Les envolées lyriques du nouveau président philippin, Rodrigo Duterte, lui ont coûté sa première rencontre avec son homologue américain, Barack Obama, qui effectue la dernière visite en Asie de son mandat. Avant de décoller pour le sommet de l’Association des nations d’Asie du Sud-Est, à Vientiane, au Laos, de mardi à jeudi, Rodrigo Duterte s’est lancé dans une de ces tirades qui sont devenues sa marque de fabrique.

La cible de son courroux: les Etats-Unis, qui osent s’interroger sur les méthodes employées dans la violente campagne contre la drogue et la criminalité conduite par Rodrigo Duterte depuis son entrée en fonction, le 30 juin. Environ 2400 personnes suspectées de vente ou de consommation de drogue ont été abattues, certaines par la police, d’autre part des tueurs à gages

Rappelant qu’il n’a de comptes à rendre qu’au peuple philippin et que l’archipel n’est plus la colonie américaine qu’il a été pendant la première moitié du XXe siècle, il s’en est pris à Barack Obama. «Pour qui se prend-il? Je ne suis pas la marionnette de l’Amérique», a lancé Rodrigo Duterte lundi, avant d’aller plus loin: «Vous devez être respectueux. Pas juste balancer des questions et des communiqués. Putang ina, je vais t’insulter à ce forum», employant une expression qui, en tagalog, signifie «fils de pute».

Rodrigo Duterte avait déjà eu recours à des qualificatifs similaires pour s’en prendre au pape François ou à l’ambassadeur américain. En revanche, il n’a pas insulté, pour l’heure, les responsables chinois, dont il semble prêt à se rapprocher après le mandat de son prédécesseur, Benigno Aquino, qui avait renforcé la relation avec Washington pour se protéger de l’agressivité dont Pékin fait preuve en mer de Chine méridionale.

Dans un communiqué lu mardi par son secrétaire chargé de la communication, Rodrigo Duterte a toutefois tenté de faire machine arrière. Il a jugé que si ses «commentaires durs» ont été proférés en réponse à une question de la presse qui appelait «l’inquiétude et le désarroi», il a également «regretté qu’ils aient pris la forme d’une attaque personnelle envers le président des Etats-Unis».

Mais la Maison-Blanche ne l’a pas entendu de cette oreille, et Barack Obama a annulé la rencontre qui devait avoir lieu mardi dans la capitale laotienne, préférant consacrer le créneau à un échange avec la présidente sud-coréenne, Park Geun-hye. Dans son communiqué, Rodrigo Duterte a précisé que la rencontre a été repoussée à une date ultérieure «d’un commun accord». 

 Source

Commenter cet article

Archives