Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


L'édifiant système Cahuzac raconté par sa femme

Publié par MaRichesse.Com sur 13 Septembre 2016, 05:46am

Catégories : #POLITIQUE, #FRANCE

L'édifiant système Cahuzac raconté par sa femme

Il est une question à laquelle, depuis le début du procès, les époux Cahuzac sont bien en peine de répondre : à quoi bon tout cet argent caché ? Ces centaines de milliers d'euros, de livres sterling et de francs suisses dissimulés à l'étranger et dont, à les en croire, personne, à la maison, « ne parle jamais ». Cette question ne relève pas du droit, mais de la morale. La réponse transpire dans chacune des phrases prononcées mardi par Patricia Cahuzac, lors d'un long interrogatoire devant le tribunal correctionnel de Paris. Droite à la barre dans un tailleur noir et un ample chemisier blanc, les mains sagement nouées devant elle, la prévenue a raconté, mardi, minute après minute, dans une chaleur étouffante, l'absurdité d'un système sur lequel se sont brisés leur couple et leur carrière.

Comment les époux ont cherché, année après année, à se mettre à l'abri d'une infortune qui n'a jamais existé, juste « pour le cas où… ». Comment, dès 1996, Patricia a repris l'activité d'implants capillaires alors que son époux était absorbé et « pleinement épanoui » par sa vie publique. « À cette époque, mon mari me dit : « La médecine m'ennuie horriblement. Il n'y a que la politique qui m'intéresse », confie-t-elle à la barre. Un Jérôme Cahuzac qui, bien que sur le point de devenir député, commence à envoyer, bientôt suivi de sa femme, les chèques de ses patients anglais sur un compte non déclaré de l'île de Man. « Nous étions très conscients de l'illégalité de tout ça, ose Patricia Cahuzac. Et nous n'avions aucune nécessité de le faire. » 

 

« Il n'y a que la politique qui m'intéresse »

Il faut dire que Jérôme a l'habitude. Lui qui possède depuis 1992 un compte en Suissedestiné, selon ses dires, à financer Michel Rocard... C'est Patricia qui explique : « Cela avait peut-être tendance à banaliser un peu le compte de l'île de Man. » L'ex-épouse poursuit : « Mes états d'âme, sur le moment, je les ai acceptés. (…) Vous savez, dans l'esthétique, il n'y a pas de feuille de sécurité sociale. Alors, la dissimulation fiscale… » « J'ai bien peur de comprendre ce que vous êtes en train de me dire », soupire le président. À la maison, Jérôme Cahuzac fait semblant de ne pas voir ces enveloppes de livres sterling que Patricia rapporte de ses voyages en Angleterre, et qu'elle s'empresse d'apporter au « petit bureau de change » à côté de chez eux. Quelques milliers d'euros dépensés ici et là « pour les besoins du ménage ». Des sommes dérisoires par rapport à celles, astronomiques, déposées sur le compte anglais.

À la fin des années 90, près de 100 000 livres par an y sont déposées, soit l'équivalent de 2 patients par mois. Mais Jérôme Cahuzac poursuit son ascension politique. Il jure de ne s'être « jamais » occupé de ce compte et de n'avoir « jamais » rencontré le gestionnaire. Comme si Patricia, « une mère exceptionnelle, dévouée et affectueuse », « une épouse formidable », en était la seule responsable. Rappelée à la barre, Patricia déglutit. La question du président du tribunal claque : « À l'époque, votre mari ne vous dissuade pas d'alimenter ce compte ? » L'ex-épouse répond vivement : « Non. » Tout est dit. 

 

« Je voulais ouvrir un compte en toute discrétion »

Puis, en 2005, les relations du couple se distendent. La faute à un « gros mensonge ». « Cela faisait quelques années que je m'étais aperçue que mon mari mentait. Je ne reviendrai pas là-dessus. Il n'y avait plus rien de solide dans le couple. » Alors que Jérôme Cahuzac, déchu de son siège de député, revient à l'Assemblée nationale en 2007, Patricia crée un compte en Suisse, à son insu, au cas où l'idée lui viendrait de quitter le domicile familial. Le député socialiste, qui ignore tout de la manœuvre, cherche quant à lui à ne plus apparaître officiellement sur le compte anglais. Trop dangereux. « Quand mon mari a été élu en 2007 – il était fou de joie –, il m'a dit qu'il ne voulait plus apparaître sur les documents de l'île de Man », confirme Patricia Cahuzac.

À partir de 2007, le compte anglais est moins abondé. Patricia Cahuzac se concentre sur son compte en Suisse, où elle envoie de très nombreux chèques d'honoraires via La Poste. « Mon but n'était pas de transgresser, dit-elle, de sa voix la plus naïve possible. Je voulais ouvrir un compte en toute discrétion. » En quatre ans, elle verse l'équivalent… de 900 000 francs suisses. Patricia plaisante : « À cette époque, j'ai beaucoup planté (de cheveux, NDLR). » « Vous auriez tout aussi bien pu divorcer », fait remarquer le tribunal. « J'ai mis très longtemps à demander la séparation, confesse-t-elle. Nous étions ensemble depuis une trentaine d'années. » « Comme dans toute histoire de couple qui est en train de sombrer, le naufrage n'est pas continu », renchérit Jérôme Cahuzac. Pendant deux ans, il essaie de la « reconquérir », de recoller les morceaux. « Je n'ai pas réussi », assure-t-il. 

 

« Mon mari est trop exposé »

Ce n'est qu'en 2010, lorsque Jérôme Cahuzac est nommé président de la commission des Finances de l'Assemblée nationale, que Patricia est contactée par sa banque suisse, la BNP Paribas, qui ne veut plus d'elle pour cliente. « Le gestionnaire me dit que la banque ne veut plus de moi parce que mon mari est trop exposé, qu'il a des fonctions trop importantes », explique-t-elle. Elle déplace alors ses avoirs vers la banque Gonet. Jérôme, lui, a pris le soin de déplacer son argent suisse dès 2009 vers Singapour. Il assure, depuis, ne plus avoir cherché à frauder. « Ma nomination à la commission des Finances a constitué comme un électrochoc tardif. » Il ajoute : « Extrêmement tardif. » La justice note un dernier virement en 2011...

Lorsque l'affaire éclate, Jérôme Cahuzac découvre qu'il a été « spolié » par son ex-femme. Lui qui a trahi la France et ses fonctions a été trahi à son tour par son épouse. Le coup à son orgueil est double. « Que ma femme puisse ouvrir un compte secret est quelque chose que je n'aurais jamais pu imaginer, raconte-t-il, des trémolos dans la voix. (...) Ma femme a voulu se constituer un patrimoine pour elle par crainte, par peur, probablement parce qu'elle était malheureuse aussi. » « Pendant un an, j'étais dans un labyrinthe dont je ne savais comment sortir, soupire Patricia Cahuzac. (…) Aujourd'hui, il ne reste plus une livre en Angleterre et plus un franc suisse en Suisse. » Le président interroge :

« Vous avez continué à envoyer des chèques à l'étranger après la révélation de l'affaire ?

- Oui, je le reconnais », répond Patricia.

Elle ne sait toujours pas pourquoi. 

 Source

Commenter cet article

Archives