Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


L'autre racisme français: les asiatiques de Paris disent leur colère

Publié par MaRichesse.Com sur 4 Septembre 2016, 02:42am

Catégories : #FRANCE, #FAITSDIVERS, #CHINE

L'autre racisme français: les asiatiques de Paris disent leur colère

C'est un signe qui ne trompe pas. Après l'arrestation, le 29 aout dernier, de trois jeunes de 15 à 19 ans, présumés responsables du meurtre d'un commerçant chinois d'Aubervilliers le 7 aout dernier, la police Française et les médias ont jusque-là évité de dévoiler leur patronyme, ou de montrer leurs photos. Une pratique justifiée au regard du droit, mais peu commune dans les affaires de criminalité de banlieue, où les clichés circulent d'ordinaire trés vite sur les réseaux sociaux. Une précaution prise, surtout, pour endiguer le flot de récriminations anti-arabes et anti-africaines qui, depuis la mort de ce commerçant, Zhang Chaolin, déferlent dans la communauté asiatique parisienne qui manifeste ce dimanche Place de la République. 

La première communauté d'Europe

A Aubervilliers, commune à forte concentration chinoise où se trouvent de nombreux ateliers de confection légaux ou clandestins, plus d'une centaine de plaintes ont été déposées depuis le début de l'année par des ressortissants asiatiques victimes d'agressions violentes ou de menaces. 600 à 700 000 chinois vivraient en France, première communauté d'Europe, dont une grande part en provenance de la région côtière de Wenzhou, province du Zhejiang. Le 21 aout dernier, une première manifestation avait déjà réuni à Aubervilliers prés de 3000 personnes. A l'issue des interrogatoires des trois suspects, dont un ex-militaire, le motif raciste du crime n'a toutefois pas été retenu par la justice.

Plusieurs facteur à l'origine des violences

L'augmentation des agressions anti-asiatiques dans l'est parisien est observée depuis des années par les policiers qui l'attribuent à une convergence de facteurs: d'abord la prolifération des ateliers – entre 2000 et 3000 dans la seule commune d'Aubervilliers, considérée comme l'un des principaux centres d'import-export entre l'Europe et l'Asie – et donc, de la population d'origine chinoise dans des quartiers populaires où l'immigration, jusque-là, venait majoritairement d'Afrique. Conflit de territoire donc, attisée en sous-main par des réseaux criminels (trafiquants de drogue, contrebande de cigarettes, trafics d'êtres humains...) qui se disputent le pavé de cette partie de la capitale française, dans un département – la Seine Saint Denis – considéré comme l'un des plus violents de l'hexagone.

Entourée de cités, Aubervilliers est de longue date dans le collimateur des services anti-drogue, car considérée comme une plaque tournante du blanchiment de l'argent des trafics de stupéfiants. Selon l'hebdomadaire Le Point, «un réseau démantelé en 2015, et impudemment surnommé «Fièvre jaune» par les policiers, avait mis en lumière une étroite collaboration entre les barons marocains du trafic de drogue et les grossistes chinois d'Aubervilliers».

Le rôle de l'argent liquide

Autre raison: la circulation présumée d'importantes quantités d’espèces au sein de la communauté chinoise où les travailleurs en situation irrégulière sont la plupart du temps payés en liquide. Le vol était apparemment le principal motif de l'agression mortelle commise contre Zhang Chaolin, un couturier de 49 ans, et contre l'ami qui l'accompagnait, rescapé lui de cette embuscade. 

Aubervilliers, mairie communiste aujourd'hui dirigée par une édile issue de l'immigration algérienne, Meriem Derkaoui, est mitoyenne de Saint-Denis où ont été commis, le 13 novembre, les attentats au Stade de France. C'est aussi dans cette ville que l'organisateur de la nuit d'attentats du 13 novembre, Abdelhamid Abaaoud, a été tué le 18 novembre lors de l'assaut contre sa planque de la rue du Corbillon, proche de la basilique des Rois de France.

Des frictions croissantes

Les frictions de plus en plus violentes entre communautés immigrées en France sont aussi engendrées, selon les élus locaux, par la recrudescence de l'islam radical et par l'exacerbation des tensions dans le cadre de l'Etat d'urgence. Beaucoup de commerçants musulmans de banlieue parisienne se plaignent d'être ciblés en priorité par la police qui ferme parallèlement les yeux sur leur concurrents asiatiques.

L'un des cas de figure souvent cité est l'accroissement des acquisitions de bars-tabac PMU par des jeunes chinois ou français d'origine chinoise. Des commerces souvent situés dans des quartiers à forte densité de population immigrée du Maghreb ou d'Afrique noire.  

 Source

Commenter cet article

Archives