Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Hillary Clinton et Donald Trump testent leur stature de «commandant en chef»

Publié par MaRichesse.Com sur 8 Septembre 2016, 02:42am

Catégories : #POLITIQUE, #ETATS-UNIS

Hillary Clinton et Donald Trump testent leur stature de «commandant en chef»

Comme un avant-goût musclé des trois débats présidentiels de l'automne, le décor planté par la chaîne NBC se prêtait parfaitement à cette rentrée politique américaine : un navire de guerre, le porte-avions Intrepid, ancré devant Manhattan, pour accueillir, le temps d'une heure, les deux candidats à l'élection du 8 novembre prochain, Hillary Clinton et Donald Trump .

Poutine, « un homme fort »

Le thème : la sécurité nationale, débattue dans le cadre d'un « forum du commandant en chef », afin de démontrer si l'un et l'autre des prétendants à la succession de Barack Obama possèdent « l'étoffe » suffisante. Le concept : un « townhall meeting », littéralement « assemblée municipale », format intimiste permettant à une poignée de citoyens américains, militaires retraités ou en activité, de poser des questions franches, sans retenue. La particularité : Trump et Clinton ne couraient pas le risque de se croiser, avant le premier débat présidentiel attendu le 26 septembre. Vainqueur à la courte paille, le milliardaire new-yorlais a choisi de laisser sa rivale s'exprimer la première, une demi-heure durant, avant de passer lui-même sur le grill pour la même durée. La sécurité nationale n'est pas à proprement parler l'enjeu qui décidera de l'issue du scrutin : elle entre en quatrième position dans l'opinion américaine, après l'économie, l'emploi et l'immigration. Et pourtant, mercredi soir à New York, elle aurait pu départager une Clinton très expérimentée en la matière, face à un Trump novice. Or, ce dernier a tenu la dragée haute à la démocrate, tout en s'abstenant de définir une vision globale, au-delà d'une volonté de rapprochement avec Poutine, cet «homme fort » jugé tout à fait admirable, et du morcellement assumé de l'Irak pour mieux en pomper allègrement les puits de pétrole. 

 Source

Commenter cet article

Archives