Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Fertilité: le stress diminuerait fortement les chances de tomber enceinte

Publié par MaRichesse.Com sur 16 Septembre 2016, 11:28am

Catégories : #GROSSESSE, #SANTE-BIEN-ETRE, #DÉPRESSION

Fertilité: le stress diminuerait fortement les chances de tomber enceinte

Le stress et la fécondité ne font pas bon ménage: c'est en quelque sorte la conclusion d'une étude américaine publiée le 21 août dernier dans la revueAnnals of Epidemiology. Selon elle, les femmes stressées auraient moins de chance de tomber enceinte.

Pour parvenir à ce constat, les chercheurs ont suivi durant près de huit mois 400 femmes de moins de 40 ans qui n'utilisaient pas de moyen contraceptif. Pendant cette période, ces dernières tenaient un journal où elles devaient noter leur niveau de stress, leur cycle menstruel, leurs rapports sexuels et leur consommation de café, d'alcool et de tabac. A l'issue de cette expérience, 139 d'entre elles sont tombées enceinte.

Concrètement, grâce à des analyses d'urine régulières, les scientifiques ont pu déterminer l'impact du stress sur la fertilité. Selon eux, les femmes soumises au stress en période d’ovulation auraient 40% moins de chances de tomber enceinte. Quant à celles exposées à un stress permanent, le chiffre s'élève à 45%. "Ces résultats suggèrent que les femmes souhaitant avoir un enfant peuvent accroître leurs chances en adoptant des gestes réducteurs de stress comme l’exercice physique, en intégrant un programme de gestion du stress ou en consultant un professionnel de santé", a ainsi expliqué le professeur Kira Taylor, responsable de ces travaux.

Ce n'est pas la première fois que l'impact négatif du stress sur la santé est établit. En janvier dernier, des scientifiques avait laissé entendre qu'après une période de stress, les migraines se développaient plus facilement. D'après une autre étude, les personnes dont le travail est source de stress aurait au moins 22% de risques supplémentaires de faire un accident vasculaire cérébral (AVC).  

 Source

Commenter cet article

Archives