Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Fausse alerte attentat à Paris: ce qu'il s'est passé à Châtelet

Publié par MaRichesse.Com sur 17 Septembre 2016, 16:27pm

Catégories : #POLICE, #FAITSDIVERS, #FRANCE

Fausse alerte attentat à Paris: ce qu'il s'est passé à Châtelet

La confusion et l'angoisse ont régné dans le centre de Paris ce samedi après-midi, quand une importante intervention policière s'est déroulée au coeur de la capitale, autour de l'église Saint-Leu. Il s'agissait en réalité d'une fausse alerte. Ce que l'on sait:

Une rumeur, un mouvement de foule, la panique. Et les forces de l'ordre lourdement équipées, à chaque coin de rue. Le centre-ville de Paris et ses riverains ont connu plusieurs dizaines de minutes d'angoisse, ce samedi en fin d'après-midi, quand un très important dispositif policier est intervenu pour boucler le quartier.

De quoi remémorer d'horribles images, sur fond de menace terroriste, près de 10 mois après les attentats du 13-novembre. Pour rien. Il s'agissait en réalité d'une fausse alerte. Retour sur grosse frayeur.

  • Que s'est-il vraiment passé, ce samedi à Châtelet-Les Halles?

"A 15h39 les services de la préfecture de police ont reçu un appel 17 indiquant qu’une prise d’otages était en cours à l’église Saint-Leu, située au 92 de la rue Saint-Denis", a expliqué sur notre antenne Pierre-Henry Brandet, le porte-parole du ministère de l'Intérieur.

Les policiers de la Brigade de recherche et d'intervention (BRI) se rendent alors tout de suite sur place dans le cadre de l'opération. La rue Saint-Denis, proche de la place du Châtelet au coeur de Paris, est alors bouclée du côté du boulevard Sébastopol.

Cette importante opération des forces de l'ordre et des rumeurs de prise d'otages créent alors un important émoi, notamment sur les réseaux sociaux. Une fusillade, une explosion, sont alors évoquées sur ces plateformes, sans que ça ne soit jamais confirmé. Sur place, les gens fuient en courant, certaines trouvent refuge dans des commerces. Le quartier se vide, et les enseignes ferment les unes après les autres.

Intervention en cours des forces de l'ordre sur le 1er arrdt de Paris, évitez le secteur.

 
 

Paris 1er - Fin de l'intervention des forces de l'ordre - Levée de doute effectuée, aucun danger à signaler

 
 
  • A 16h48, la fausse alerte est annoncée

A 16h23, première communication officielle: la Préfecture de police de Paris indique sur twitter: "Intervention en cours des forces de l'ordre sur le 1er arrondissement de Paris, évitez le secteur." Près de 20 minutes plus tard, le doute est levé. Cette même source indique la fin de l'opération en cours:

"Aucun danger à signaler". C'était donc une fausse alerte.

  • La psychose comme point de départ?

D'où est parti toute cette panique? "Les circonstances qui ont mené à cette intervention restent à déterminer avec précision", annonce le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve. Si l'hypothèse d'un canular a un temps été évoquée, ce n'est plus la piste privilégiée pour l'heure.

Selon les informations de BFMTV, tout aurait commencé par une fidèle de l'église Saint-Leu, surprise de voir des jeunes "courir" à l'extérieur du bâtiment. Dans un contexte de menace terroriste pesant, et près de deux mois après l'assassinat du père Jacques Hamel lors de l'attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray, la fidèle parisienne se serait alors sentie "attaquée", demandant ensuite à tout le monde de se cacher à l'intérieur et de fermer les portes. Une vraie psychose.

L'appel au 17 annonçant une prise d'otage dans le lieu saint, évoqué par le ministère de l'Intérieur, pourrait alors avoir été passé à ce moment-là.

 
 
  • Pourquoi l'application officielle a-t-elle évoquée un attentat?

Lancé officiellement par le gouvernement en juin dernierle Système d'alerte et d'information des populations (SAIP), très critiqué à la suite de l'attentat de Nice, a été activé très rapidement après l'arrivée des forces de l'ordre dans le centre de Paris. A tort, puisqu'il s'agissait d'une fausse alerte?

Au moment où l'alerte est déclenchée, les membres de la BRI n'ont pas la confirmation qu'il n'y a pas d'assaillant à l'intérieur de l'église.

"Par précaution, le système d'alerte aux populations 'SAIP' a été immédiatement déclenché", a justifié de son côté Bernard Cazeneuve.

L'occasion, pour le ministre de l'Intérieur, de saluer également "la grande réactivité des forces de l'ordre et leur très grand professionnalisme en toutes circonstances, au service de la sécurité des Français" pour l'hôte de la place Beauvau. 

 Source

Commenter cet article

Archives