Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Être travailleur autonome

Publié par MaRichesse.Com sur 23 Septembre 2016, 08:09am

Catégories : #ASTUCES, #DEVELOPPEMENT, #TRAVAIL, #ENTREPRISE, #CANADA

Être travailleur autonome

Lorsqu’une personne décide de se lancer en affaires seule, on dit souvent qu’elle est une travailleuse autonome — par opposition à être l’employée d’une compagnie ou d’une autre personne.

Dans la réalité, pour faire affaire comme travailleur autonome, une personne utilise généralement deux formes juridiques d’entreprise: l’entreprise individuelle ou la compagnie (qu’on appelle officiellement la société par actions).

L’entreprise individuelle: souvent le premier pas

L’entreprise individuelle a l’avantage d’être une forme d’entreprise simple et peu coûteuse à mettre sur pied et à faire fonctionner. Cette forme est souvent utilisée par ceux qui veulent être à leur compte et se considèrent comme étant des «travailleurs autonomes». Et souvent sans rien faire et même sans le savoir!

En fait, l’entreprise existe simplement parce que la personne fait des affaires. Cela dit, une personne qui se lance en affaires comme entreprise individuelle doit s’enregistrer auprès du Registraire des entreprises du Québec si elle désire utiliser autre chose que son nom et prénom pour faire des affaires.

L’entreprise individuelle n’est pas une compagnie

Contrairement à la compagnie, l’entreprise individuelle et le travailleur autonome ne font qu’un. Ceci veut dire que ce ne sont pas des entités séparées. On dit alors que l’entreprise n’a pas de personnalité juridique. Ainsi, l’entreprise ne peut pas ouvrir de compte en banque à son nom et ne peut pas poursuivre un client, par exemple. La personne est la seule responsable de tout ce qui s’y passe.

Des obligations fiscales

L’entreprise individuelle, comme toute autre forme d’entreprise, a des obligations fiscales, mais celles-ci sont intimement liées aux obligations de la personne.

Ainsi, les revenus de l’entreprise sont indiqués dans une annexe de la déclaration de la personne.

Il est possible de devoir faire des retenues à la source.

Il est possible de devoir percevoir des taxes.

Quelques avantages de l’entreprise individuelle

  • La possibilité d’être son propre patron
  • Des frais de démarrage et de fonctionnement peu élevés
  • Un fonctionnement simple
  • Certains avantages fiscaux
  • Tous les profits réalisés par l’entreprise appartiennent au travailleur autonome. Il n’a pas à les partager avec d’autres personnes.

Désavantages de l’entreprise individuelle

  • Le travailleur autonome n’a pas les avantages sociaux d’un employé salarié (assurance-emploi, financement des assurances complémentaires, fonds de pension, etc.)
  • Le travailleur autonome a la responsabilité de gérer son entreprise seul
  • Le financement peut être difficile
  • Plus d’impôt à payer si les revenus sont élevés
  • Le travailleur autonome engage sa responsabilité personnelle
  • Risques en cas de faillite

 

Passer à la société par actions 

Un travailleur autonome qui a d’abord choisi l’entreprise individuelle pour se lancer en affaires a la possibilité de changer d’idée par la suite. Il pourrait alors décider d’utiliser l’autre forme d’entreprise à sa disposition: la société par actions (compagnie). Pour y arriver, le travailleur autonome doit «s’incorporer», c’est-à-dire qu’il doit constituer son entreprise en personne morale.

Ce choix découle généralement du fait que l’entreprise génère des revenus assez élevés pour justifier la création d’une société par actions. Ceci est le cas lorsque les avantages reliés à la constitution de la société par actions (comme la possibilité d’augmenter les profits et de diminuer les risques personnels du travailleur autonome) sont devenus plus importants que les désavantages qui en découlent (notamment les coûts et la complexité). 

 Source

Commenter cet article

Archives