Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Être malade plus longtemps que ne le prévoit l'assurance-emploi

Publié par MaRichesse.Com sur 5 Septembre 2016, 05:38am

Catégories : #CANADA, #SANTE-BIEN-ETRE

Être malade plus longtemps que ne le prévoit l'assurance-emploi

L'assurance-emploi prévoit une période de prestations de 15 semaines. Or, lorsque la maladie et les traitements les maintiennent au chômage plus longtemps, certains travailleurs viennent rapidement à court de solutions et d'argent.

 

Houda El Kherchi a toujours travaillé. Mère d'une famille monoparentale, son emploi dans la restauration lui permet de boucler les fins de mois et de bien s'occuper de son fils. « Avant, je n'avais pas de soucis financiers, dit-elle. Cet été, tout a basculé. »

Son médecin lui apprend qu'elle est atteinte d'un cancer et qu'elle doit se faire opérer. Elle se rend compte après l'intervention qu'elle est incapable de retourner travailler. « Psychiquement et physiquement, j'étais incapable de retourner au travail. Donc, depuis cette date-là, je ne travaille plus. »

Comme des milliers de travailleurs, Houda n'a pas d'assurance. Les normes exigent que son employeur lui accorde un congé le temps de sa convalescence, mais ce congé est sans solde. « Alors mes copines me demandent : "Que vas-tu faire pour tes finances? ", raconte-t-elle. Je ne sais pas, je ne sais même pas comment ça se passe, j'ai toujours travaillé! »

Une option temporaire

Houda El Kherchi
Houda El Kherchi

Pour Houda El Kherchi, le seul recours, c'est de demander une prestation spéciale auprès de l'assurance-emploi.

L'an dernier, 345 000 travailleurs canadiens ont eu besoin de ces prestations d'urgence parce qu'ils n'avaient aucune assurance salaire en cas de maladie. L'assurance-emploi ne couvre que 55 % du salaire. Pour les hommes, la prestation moyenne s'élève à 438 $ par semaine, alors que chez les femmes, la somme moyenne versée par semaine est de 368 $. C'est moins que le salaire minimum. Sans compter que près de 60 % des prestataires sont des femmes.

Il est aussi important de spécifier que l'aide est limitée à 15 semaines de prestations. Si les traitements forcent Houda El Kherchi à s'absenter au-delà de ces 15 semaines, elle n'aura plus de revenu.

Comment alors combattre la maladie et payer les factures? « Je ne sais pas, je ne sais pas, dit-elle. Ça ne m'a même pas passé par l'esprit. Si ça me passe par l'esprit, je sais que je vais paniquer, je vais tomber dans un autre degré d'anxiété et de peur. Ça n'arrangera pas ma maladie. »

Trois cancers en cinq ans

Marie-Hélène Dubé
Marie-Hélène Dubé

Marie-Hélène Dubé a dû combattre trois cancers. « C'est très dur, dit-elle. Moi, j'ai vécu ça trois fois en cinq ans. » Pour survivre financièrement, elle a dû hypothéquer sa maison et épuiser sa marge de crédit. « Qui a les moyens de tomber malade? se demande-t-elle. Au bout des 15 semaines, ça s'appelle système D, débrouille-toi. Parce qu'il n'y a rien, absolument rien. »

Marie-Hélène Dubé explique avoir rencontré des gens qui ont dû vendre tout. « C'est grave! Quelqu'un va se retrouver sur l'aide sociale pour une bad luck comme ça », se désole-t-elle. Elle a lancé, il y a quelques années, une pétition pour faire changer la loi. Elle y réclame au moins 50 semaines de prestations en cas de maladie. La pétition a été signée par plus de 500 000 Canadiens.

On voit qu'il y a vraiment un besoin. Ça touche énormément de gens.

Marie-Hélène Dubé

Houda El Kherchi tente de ne pas trop s'en faire avec les soucis financiers et de rester positive dans son combat contre le cancer.

« Tu ne peux pas te battre contre la maladie si tu as tant de soucis, dit-elle. C'est une maladie qui va se nourrir de tes inquiétudes et de tes angoisses. Ce n'est pas de ça que j'ai besoin pour l'instant. J'ai besoin de rester forte. J'ai besoin de garder l'espoir de regarder en avant, car j'ai un enfant à faire vivre. Il m'a toujours vue forte. Il n'a jamais manqué de quoi que ce soit. » 

 Source

Commenter cet article

Archives