Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


En pleine tensions raciales, Obama loue l'héritage noir de l'Amérique

Publié par MaRichesse.Com sur 24 Septembre 2016, 16:01pm

Catégories : #ETATS-UNIS, #POLITIQUE, #AFRIQUE

En pleine tensions raciales, Obama loue l'héritage noir de l'Amérique

Le symbole se veut fort: Barack Obama inaugure samedi à Washington un musée dédié à l'histoire afro-américaine, l'occasion d'esquisser la trace que laissera son passage à la Maison Blanche, dans une Amérique dirigée par son premier président noir.

Depuis son élection en 2008, le président Obama a répété à plusieurs reprises -surtout durant son premier mandat- qu'il n'était pas le président des Noirs, mais celui de tous les Américains.

L'équation est délicate pour Barack Obama, les mains liées par un Congrès verrouillé par les républicains, ses promesses d'impartialité, et paradoxalement par le fait d'être lui-même Noir.

Au point de susciter des critiques sur une présidence sous laquelle, ces deux dernières années, ont ressurgi les vieux démons de l'Amérique raciste et explosé les brutalités policières envers les Noirs.

AFP

© AFP

Manifestation le 22 septembre 2016 dans la ville américaine de Charlotte après la mort d'un Noir tué par la police

 

Samedi matin, alors que les tensions raciales connaissent un énième soubresaut à Charlotte et Tulsa, Barack Obama doit prononcer un discours sur le National Mall, grande artère à deux pas de la Maison Blanche, où se dresse le Musée national de l'histoire et de la culture afro-américaine.

L'histoire des Noirs américains est "pleine de tragédies et de déboires, mais aussi de joies et de grandes victoires", a lancé Barack Obama vendredi depuis la Maison Blanche, soulignant la symbolique de cette "maison construite par des esclaves".

"C'est une histoire qui n'appartient pas seulement au passé mais qui est vivante aujourd'hui, dans chaque coin de l'Amérique", a-t-il ajouté, après avoir profité la semaine dernière avec sa famille d'une visite privée de ce musée "si puissant", où il est également mis à l'honneur.

- 'Contexte historique' -

Le timing de l'ouverture, en plein regain de tensions raciales, est "fascinant", relève le président Obama. "A bien des égards il s'agit du meilleur moment. Mais à d'autres égards, ces temps sont aussi troubles. Et sans vigilance, nous pouvons repartir en arrière comme aller de l'avant", a-t-il prévenu.

"Donc l'une des raisons pour lesquelles je suis si heureux que ce musée ouvre ce week-end est qu'il va nous permettre, en tant qu'Américains, de replacer certains événements dans un contexte historique".

Le visiter, insiste Barack Obama, permet de comprendre à quel point les défis relevés par les Noirs aux Etats-Unis sont "récents".

"Chacun d'entre nous, nous ne pouvons pas oublier que la seule raison pour laquelle nous nous tenons ici, c'est parce que quelqu'un s'est dressé pour nous. Quand c'était risqué, quand cela n'était pas dans l'air du temps", a ajouté le 44e président américain.

AFP

© AFP

Barack Obama lors d'une réception à la Maison Blanche à l'occasion de l'ouverture du Musée de l'histoire et de la culture afroaméricaine, le 23 septembre 2016 à Washington

 

"Cela aura son importance que le musée ouvre sous l'administration de quelqu'un qui comprend réellement l'identité afro-américaine à travers le temps", assure à l'AFP Thomas DeFrantz, responsable des études afro-américaines à l'université Duke.

A six semaines de la présidentielle du 8 novembre et quelques mois avant de quitter la Maison Blanche, Barack Obama semble délesté de toute pression sur les questions raciales, après un huit années au pouvoir et un bilan souvent critiqué en la matière.

Le candidat républicain Donald Trump, qui cherche à élargir son électorat, a d'ailleurs récemment chargé Barack Obama sur ce terrain, affirmant qu'il n'avait "rien fait pour les Afro-Américains".

- Parmi les 'géants' -

Si sur certains points, le bilan de Barack Obama chez cette communauté est contesté, il a toutefois réussi quelques percées symboliques durant son deuxième mandat, notamment avec le lancement de l'organisation "My Brother's Keeper Alliance", visant à offrir plus d'opportunités aux jeunes issus de minorités.

Il s'est attaqué à une réforme de la justice et du système carcéral, notamment sur les peines jugées disproportionnées sur les délits liés aux petits trafiquants de drogue, qui impactent fortement la communauté noire.

Les polices de plusieurs villes comme Ferguson, théâtres de retentissantes bavures policières contre des Noirs, ont également fait l'objet d'enquêtes fédérales.

Surtout, le président Obama cherche en cette fin de mandat à polir son héritage.

"Je pense que ma présidence a envoyé un message aux enfants", a-t-il confié dans une interview à ABC diffusée vendredi. "Celui que l'esprit humain peut transformer même les pires circonstances en quelque chose de magnifique et puissant".

Le musée "place ma présidence, notre travail à la Maison Blanche en contexte et explique que nous nous tenions aux côtés de géants", poursuit Barack Obama, interviewé avec la Première dame Michelle. "Donc nous sommes honorés de faire partie de cette histoire, mais je pense que nous nous considérons comme une partie relativement petite de l'histoire". 

 Source

Commenter cet article

Archives