Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Elections américaines : les Etats-Unis à l’ère de Trump vus par Kirk Douglas, 100 ans

Publié par MaRichesse.Com sur 27 Septembre 2016, 04:10am

Catégories : #ETATS-UNIS, #TV, #POLITIQUE

Elections américaines : les Etats-Unis à l’ère de Trump vus par Kirk Douglas, 100 ans

En pleine course pour la Maison Blanche, alors que commencent les débats et, avec eux, les analyses sur les programmes et même l’expression corporelle des candidats, il est bénéfique de prendre du recul, beaucoup de recul, et donner la parole à ceux qui ont une vision un peu plus large.

Dans un texte publié par le Huffington Post, l’acteur et écrivain Kirk Douglas fait précisément cela. Du haut de ses 100 ans (qu’il fêtera d’ici à la fin de l’année), il donne son ressenti sur la situation politique d’un pays qui a vu arriver ses parents, russes, au début du siècle.

« Les Russes, les Polonais, les Italiens, les Irlandais, et particulièrement les catholiques et les juifs, ont ressenti les stigmates d’être traités comme des étrangers qui ne deviendraient jamais Américains. »

« J’avais 16 ans quand cet homme a pris le pouvoir en 1933 »

Kirk Douglas a connu beaucoup de choses dans sa vie : il choisit d’énumérer la Grande Dépression et deux guerres mondiales, le droit de vote des femmes, des présidents catholique d’origine irlandaise et noir, et peut-être bientôt une femme.

« Plus j’ai vécu, moins j’ai été surpris par le caractère inévitable du changement, et cela m’a réjoui de voir que tant de changements ont été bons. »

Kirk Douglas n’est pas le premier à effectuer une comparaison entre Donald Trump et Adolf Hitler. Elles ont déjà été faites pendant la campagne, et dénoncées comme étant exagérées et hystériques. Mais Kirk Douglas était vivant et se souvient de la montée d’Hitler au pouvoir. Ses mots méritent d’être lus :

« J’avais 16 ans quand cet homme a pris le pouvoir, en 1933. Pendant la décennie qui a précédé, on se moquait de lui – il n’était pas pris au sérieux. Il était considéré comme un bouffon qui ne pourrait jamais tromper une population civilisée et éduquée avec sa rhétorique haineuse et nationaliste. Les “experts” le considéraient comme une blague. Ils avaient tort. »

« Il y a quelques semaines, poursuit-il, nous avons entendu des mots en Arizona. Ils ont glacé le sang de ma femme Anne, qui a grandi en Allemagne. Ils auraient pu êtreprononcés en 1933. »

Les mots en question proviennent d’un discours de Donald Trump sur l’immigration, sur « le fait que tous ceux qui veulent rejoindre notre pays ne pourront pas être pleinement assimilés ».

« Je pensais avoir tout vu, jusqu’à maintenant. Mais je n’ai jamais vu une telle campagne de peur menée par l’un des principaux candidats à la présidence des Etats-Unis. »


Source

Commenter cet article

Archives