Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Devises : une domination moins écrasante de la place de Londres

Publié par MaRichesse.Com sur 1 Septembre 2016, 04:52am

Catégories : #ECONOMIE, #MONDE

Devises : une domination moins écrasante de la place de Londres

La place historique leader sur les devises, Londres, a vu sa part de marché mondiale reculer en 2016. Singapour et Hong Kong ont enregistré les plus fortes progressions d’activité grâce aux devises asiatiques et au renminbi.

La place historique leader sur les devises , Londres, a vu sa part de marché mondiale reculer de 40,8% à 37,1% entre 2013 et 2016, selon un rapport de la Banque des règlements internationaux publié ce jeudi. Le Brexit va-t-il accentuer cette baisse? C'est en tout cas un enjeu colossal pour la City qui multiplie les initiatives pour maintenir son rang et récupérer le maximum d'activité notamment sur le renminbi. Sa rivale new-yorkaise en a un peu profité en voyant son poids passer de 18,9% à 19,4% des volumes mondiaux.

Ce sont deux places asiatiques, Singapour et Hong Kong qui ont connu les plus fortes hausses de parts de marché, respectivement de 5,7% à 7,9%, et 4,1% à 6,7%, grâce notamment à la hausse de l'activité sur le renminbi et d'autres devises asiatiques comme le won coréen ou bath thaïlandais. Shanghai détient déjà plus de 1% de part de marché mondiale, à la 13ème place du classement. 

 

Paris au 6ème rang mondial

Avec 2,8% de part de marché, la place de Paris, est au sixième rang mondial des places les plus actives sur les changes, avec 180 milliards de dollars par jour devant Francfort (116 milliards). Juste après le lancement de l'euro, c'était la place allemande qui était devant Paris, avec respectivement 5,4% et 2,9% de part de marché.

En 2016, les autres places européennes ont maintenu ou perdu un peu de terrain du fait notamment du repli généralisé des transactions sur l'euro. Zurich est au septième rang mondial avec 2,4% de part de marché, contre 3,2% en 2013. La place helvétique a moins bénéficié que par le passé des interventions massives sur le marché de la Banque nationale Suisse dans le cadre de sa «guerre des changes»


Source

Commenter cet article

Archives