Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Des écoles abandonnent les devoirs

Publié par MaRichesse.Com sur 7 Septembre 2016, 06:47am

Catégories : #ECOLE, #CANADA

Des écoles abandonnent les devoirs

Alors que la commission scolaire des Premières-Seigneuries entame une vaste réflexion sur la pertinence des devoirs, certaines de ses écoles ont décidé d’abandonner les travaux scolaires à la maison.

C’est le cas cette année du pavillon Saint-Édouard de l’école de l’Harmonie à Beauport, où il n’est plus question de noircir des pages dans des cahiers d’exercice le soir à la maison. Les élèves n’auront que des leçons après les heures de classe. «On a mis de côté les devoirs pour qu’ils puissent se concentrer sur l’étude, ce qui pour nous est essentiel», affirme la directrice, Annie Fournier.

Les élèves ont toujours des mots de vocabulaire, des tables de multiplication ou des conjugaisons de verbes à mémoriser à la maison, mais les enseignants encouragent les parents à utiliser le jeu pour y arriver. Un document a été conçu pour les parents afin de leur donner des idées d’activités à faire à la maison, comme utiliser des lettres aimantées sur le réfrigérateur pendant l’heure du souper.

 

«On veut en faire un moment agréable le plus possible, explique Mme Fournier. On a aussi pensé à nos élèves en difficulté, pour qui les devoirs peuvent prendre beaucoup de temps à la maison. Ça vient parfois empoisonner la vie familiale.»

La situation est la même à l’école de la Primerose, où les devoirs ont pratiquement disparu l’an dernier, au profit des leçons et de la lecture à la maison.

Le directeur Michel Pineau, qui est lui-même un parent, a pu voir les avantages de cette formule avec ses propres enfants qui fréquentent l’école Yves-Prévost où il n’y a pas de travaux scolaires depuis plusieurs années.

«Plusieurs parents arrivent tard à la maison, les enfants ont des activités le soir, c’est le rush, il faut être capable de composer avec la réalité d’aujourd’hui. Comme parent, je l’ai vu, il y a plus d’harmonie à la maison» lorsqu’il n’y a pas de devoirs à faire, explique-t-il.

Sur la Rive-Sud, cette tendance est amorcée depuis déjà quelques années si bien qu’on compte maintenant huit écoles de la commission scolaire des Navigateurs qui ont délaissé les devoirs pour se concentrer sur les leçons et la lecture. «On constate que de façon générale la lecture et l’étude, ou ce qu’on appelle aussi les leçons, identifiées par la recherche comme une pratique gagnante dans la réussite scolaire, a tendance à remplacer les devoirs», indique la porte-parole, Louise Boisvert.

Vaste réflexion en branle

À Québec, l’abandon des devoirs par des écoles de la commission scolaire des Premières-Seigneuries survient alors qu’une vaste réflexion est en branle sur la pertinence des travaux scolaires à la maison.

Une dizaine d’écoles participent à un projet-pilote, mené en partenariat avec l’équipe du chercheur Michel Janosz de l’Université de Montréal, qui tentera de déterminer «à quoi ça sert, ces fameux devoirs-là», explique la directrice générale adjointe, Marie-Claude Asselin.

L’objectif est de déterminer si les devoirs aident réellement les élèves à devenir plus autonomes et à mieux réussir à l’école.

Dans le cadre de ce projet, la commission scolaire a aussi établi un partenariat avec Allô prof, afin de s’assurer que les élèves reçoivent l’aide nécessaire pour bien faire leurs devoirs.

La formule varie d’une école à l’autre. À certains endroits, des tablettes sont disponibles pour le personnel des services de garde et les élèves, afin qu’ils puissent consulter les ressources en ligne d’Allô prof, qui offre de l’aide aux devoirs par clavardage et par textos, en plus des capsules vidéo. Tout les éducateurs des services de garde qui font de la supervision de devoirs sont aussi formés par le même organisme.

Chez Allô prof, le porte-parole Marc-Antoine Tanguay se réjouit de ce partenariat unique en son genre. «Les devoirs peuvent être un facteur d’inégalités, qu’on peut réduire si on initie les enfants tôt à l’utilisation d’outils comme Allo prof», dit-il.

Ce dernier confirme qu’au cours des dernières années, de plus en plus d’écoles ont décidé de ne plus donner de devoirs, même si la «grande majorité» maintiennent toujours cette pratique. 

 Source

Commenter cet article

Archives