Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


De plus en plus de personnes atteintes du syndrome de Diogène signalées à Paris

Publié par MaRichesse.Com sur 21 Septembre 2016, 07:01am

Catégories : #SANTE-BIEN-ETRE, #FAITSDIVERS, #FRANCE

De plus en plus de personnes atteintes du syndrome de Diogène signalées à Paris

Les personnes signalées avaient renoncé à l'entretien de leur logement et entassé depuis des années des bibelots, détritus et autres objets hétéroclites à leur domicile, au point d'incommoder leur voisinage, souvent à l'origine des signalements. 

C'est un phénomène dont on parle peu mais qui gagne en visibilité au fil des années. Depuis 10 ans, la ville de Paris vient de plus en plus en aide aux personnes souffrant du «syndrome de Diogène». Ces dernières accumulent et entassent de manière maladive et compulsive toute sorte d'objets et de détritus à leur domicile. «C'est très inquiétant», s'alarme Pascal Martin, responsable du Service technique de l'habitat (STH) à Paris, qui intervient sur des cas d'insalubrité. «En 2015, 148 arrêtés préfectoraux ont été pris, après signalements, pour mettre fin à ces situations d'incurie dans ces logements, alors qu'il n'y en avait qu'une vingtaine il y a dix ans», ajoute Pascal Martin, précisant que cette tendance à la hausse se confirmerait en 2016.

Ce mal ronge des personnes de tout âge. Il se caractérise par un isolement social, un refus de toute aide et une négligence extrême de l'hygiène corporelle et domestique. Généralement, c'est le voisinage qui alerte les services de la ville. «Le logement n'etant pas entretenu, les voisins sont souvent incommodés par des odeurs pestilentielles, des fuites d'eau ou par la présence d'insectes», constate Pascal Martin. Parfois, c'est la famille, le syndic de copropriété, le bailleur ou les pompiers qui décident de donner l'alerte. Dans ces cas-là, un inspecteur de salubrité se rend sur place pour évaluer la situation. «Mais ce n'est pas toujours évident. Les personnes concernées ne nous laissent pas toujours entrer», constate le responsable.

 

Car venir en aide aux Diogènes est une entreprise délicate. «Le premier contact est souvent très compliqué. Cela peut parfois prendre des mois. On commence avec un courrier, un coup de fil puis on commence à discuter à travers la porte», raconte Isabelle Péan, responsable adjointe du Clic (Centre local d'information et de coordination) Paris Emeraude Ouest, un service constitué de professionnels de la gérontologie et financé par le département de Paris. «L'idée est d'agir avec tact et prudence. Il faut les amener à accepter une aide, sans jamais les brusquer», poursuit-elle. 

Lorsqu'ils parviennent à rentrer, les agents de la ville et les services sociaux font souvent face à des logements insalubres, dans lesquels il est difficile de se déplacer. Au fil du temps, de rares tranchées se sont formées pour permettre encore un passage au milieu du désordre. Parfois, on ne voit même plus le sol. «Il y a des Diogènes qui escaladent des murs de détritus pour pouvoir passer d'une pièce à l'autre», a constaté Patrick Bachelet, co-dirigeant de l'entreprise Nettoyage Services Professionnels, qui intervient quotidiennement pour désencombrer ces logements. Bouteilles vides ou pleines, journaux entassés depuis des années, excréments, aliments en décomposition et autres objets hétéroclites jonchent le sol et s'accumulent parfois sur deux-trois mètres de hauteur. «Certains n'ont même plus accès à leur lit. Ils finissent par dormir sur un amas d'immondices, un endroit à peu près plat pour pouvoir s'allonger».

Photos prises par la ville de Paris lors d'une intervention dans un appartement du XVIe arrondissement en 2010. L'occupante de cet appartement avait fait l'objet d'une hospitalisation à la demande d'un tiers. 

 

Un appartement de 170 m², rempli du sol au plafond

Au Service technique de l'habitat de Paris, Pascal Martin se souvient d'un cas qui l'avait frappé en 2010. «C'était dans un grand appartement de 170 m² avec une belle hauteur sous plafond dans le XVIe arrondissement. Il était rempli du sol au plafond. La personne était nichée à l'intérieur de l'encombrement, ce qui constituait en soi un risque majeur, en cas d'effondrement de ce dernier», explique-t-il. Une décision d'urgence avait été constatée au titre de l'article L1311-4 du Code de la santé publique. Après décision du préfet, la ville avait fait appel à une société privée pour désencombrer, nettoyer et désinfecter les lieux. «Nous avions dû évacuer 37 tonnes de détritus, d'immondices et de cartons en tout genre sur cinq semaines».

Mais tout n'est pas jeté. Le mobilier, les papiers administratifs, les objets de valeurs sont conservés et parfois, le tri se fait même avec celui ou celle qui habite le logement. «Nous sommes dans une approche humaine», veut rappeler Pascal Martin. Cette intervention, qui peut coûter jusqu'à plusieurs milliers d'euros, est en principe à la charge de la personne. Il existe néanmoins une commission de remise gracieuse qui peut décider d'une dispense.

Il a fallu cinq semaines à l'entreprise de nettoyage pour désinfecter et débarasser l'ensemble des immondices. 

 

Par la suite, ces personnes bénéficient généralement d'une prise en charge médico-sociale. Elles peuvent être admises dans un hôpital spécialisé ou une unité de gériatrie. D'autres regagnent leur domicile. «Mais il faut faire attention à leur retour», avertit Isabelle Péan. «C'est très stressant pour les personnes de voir toutes leurs affaires nettoyées et vidées. Il est donc important de ne pas tout ranger à la perfection. On a eu des situations où les tuteurs avaient tout nettoyé et la personne ne voulait plus rentrer chez elle». Le risque de «récidive» étant élevé, une aide à domicile peut être envisagée. 

Des risques mortels

Services sociaux, médecins ou entreprises de nettoyage, tous ont remarqué cette hausse des signalements. «On n'a jamais eu autant de demandes. Depuis le début de l'année, entre 200 et 300 personnes nous ont contacté pour intervenir», constate Younes Jaouhari, responsable des travaux exceptionnels chez Chronopropre, une société de nettoyage basée à Rennes mais qui intervient aussi à Paris et dans d'autres villes de France.

Y aurait-il plus de personnes atteintes de ce syndrome aujourd'hui? «Non», répond le Dr Jean-Claude Monfort, neuro-psychogériatre et un des meilleurs spécialistes du sujet. «Je ne pense pas que ce soit une hausse du phénomène mais plutôt une hausse des signalements auprès des personnes compétentes. Pourquoi? Parce que la perception de ce syndrome a changé. Avant, les Diogènes étaient perçus comme des personnes malsaines, elles étaient relayées à la rubrique des faits divers et on ne s'en occupait pas. Aujourd'hui, les services sociaux, les professionnels de santé, les pompiers et le grand public connaissent mieux ce phénomène et ont donc plus le réflexe de le signaler. Il y a eu une sorte de prise de conscience». 

Des agents de la société Nettoyage Services Professionnels désemcombrent un logement. 

 

Ces signalements ne seraient en revanche que la partie immergée de l'iceberg. Les personnes atteintes de ce syndrome vivent recluses et sont donc souvent les dernières à vouloir attirer l'attention. Il est donc très difficile de les détecter. Pourtant, ces situations ne sont pas sans risque. Non seulement, les logements très encombrés peuvent menacer la santé physique, mentale et sociale des occupants mais ils peuvent aussi affecter celle du voisinage avec des risques d‘effondrement du plancher et des incendies. En 2014, le journal Ouest-Francerapportait le décès d'un sexagénaire, retrouvé mort dans son pavillon qui avait pris feu

Pas une pathologie

Peu d'études ont été réalisées sur le sujet. Le premier à avoir écrit sur les entasseurs est le français Ernest Dupré en 1916. Ce médecin psychiatre les avait à l'époque baptisé les «mendiants thésauriseurs». Mais ce n'est qu'en 1975 que les gériatres anglais Clark et Mankikar donneront un nom à ce comportement en l'appelant «syndrome de Diogène», en référence au philosophe grec Diogène, qui vivait à Sinope (aujourd'hui en Turquie) dans un tonneau et qui méprisait les hommes.

Depuis, d'autres médecins s'efforcent de comprendre. «Ce syndrome de Diogène n'est pas une pathologie», veut rappeler le Dr Jean-Claude Monfort, qui a rédigé une première enquête sur le sujet en 2005* et récemment soumis une seconde étude à une publication scientifique. «C'est un ensemble de symptômes, de signes, derrière lesquels peuvent se cacher des maladies. Mais ce n'est pas toujours le cas», explique le médecin. Diogène est souvent associé à des pathologies psychiatriques (addiction, dépression, etc) et à des troubles cognitifs (alzheimer, etc). «Et une petite partie des Diogènes ne présentent pas de troubles mais entassent quand même leurs affaires», note Isabelle Pean du Clic Paris Emeraude Ouest. Ces derniers seraient les plus difficiles à prendre en charge car ils sont conscients d'être des entasseurs et refusent toute aide. 

On ignore combien de personnes sont réellement touchées par cette problématique. Pour le Dr Monfort, les cas les plus préoccupants qui nécessitent une intervention concerneraient une personne sur 2000. Donc plus de 30.000 personnes en France. Comment y remédier? «Il n'y a pas de baguette magique, pas de médicament contre le syndrome de Diogène mais un accompagnement social, médical», répond Isabelle Péan du Clic. «Nous avons encore beaucoup à apprendre de ce syndrome». 

Le syndrome de Diogène et les situations apparentées d'auto-exclusion socialeEnquête descriptive, Jean-Claude Monfort, Laurence Hugonot-Diener, Emmanuel Devouche, Catherine Wong, Isabelle Péan.  

 Source

Commenter cet article

Archives