Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Comment vaincre le trac grâce à la réalité virtuelle

Publié par MaRichesse.Com sur 7 Septembre 2016, 07:53am

Catégories : #ASTUCES, #SANTE-BIEN-ETRE

Comment vaincre le trac grâce à la réalité virtuelle

«L’orateur est fragile. Son essence est de verre. Un rien peut le briser. J’ai connu récemment encore cette déstabilisation autour d’un rien lorsque je plaidais le procès de Socrate à la Sorbonne. Je cherchais le nom du maître de rhétorique de Julien l’Apostat, commentateur critique de ce procès historique. Libanios d’Antioche, évidemment. Et voilà que ce nom ne me revient pas. De ne pas retrouver au moment juste ce que je sollicitais de ma mémoire a désagrégé, un temps, mon discours.»

L’homme qui fait cette révélation a reçu le prix du rayonnement français des mains de Maurice Druon, secrétaire perpétuel de l’Académie française, qui l’a salué comme «le meilleur improvisateur d’Europe», et vient de recevoir lors de la Nuit de l’Eloquence le César du meilleur orateur francophone vivant. «Cette anecdote n’a pas d’intérêt universel, poursuit Me Marc Bonnant. Elle dit simplement que même l’esprit le mieux fait – non le mien mais celui d’un orateur idéal – peut-être subverti par un rien qui soudainement l’envahi et le réduit à quelques instants de silence honteux.»

Une personne sur trois renonce à s’exprimer en public

La peur d’être dévisagé et de prendre la parole en public est l’une des plus courantes, avec celle des serpents et celle du vide, rappelle François Lelord dans son livre «L’Estime de soi». En effet, 55% de la population appréhende cette situation, et près d’une personne sur trois renonce à s’exprimer devant un groupe. Comment venir à bout de cette appréhension?

Pour vaincre sa crainte de parler en public et gagner en assurance, la Faculté des HEC de l’Université de Lausanne (UNIL) proposera le 29 septembre prochain une formation inédite intitulée «Charisme et présentation en public». La réalité virtuelle sera utilisée pour traiter l’angoisse liée à la prise de parole en public. «En recréant une expérience réaliste et immersive, il est possible d’aider les orateurs à affronter leur crainte des prises de parole publiques», assure Marianne Schmid Mast, professeure ordinaire au Département de comportement organisationnel de la Faculté des HEC à l’origine du projet.

Casque de réalité virtuelle sur les yeux, une douzaine de participants perfectionneront, lors de la partie pratique de cette formation d’une journée, leur langage non-verbal. Une salle aux murs blancs située dans le sous-sol du bâtiment Internef de l’UNIL se transformera à cette occasion en un grand auditorium.

Public d'avatars

Pour corser le défi, le sol pourra s’élever à des hauteurs vertigineuses. Depuis une passerelle suspendue à des dizaines de mètres du sol, les orateurs les plus téméraires seront invités à donner une présentation aussi convaincante et inspirante que possible devant un large public d’avatars. A noter que ce décor est une parfaite allégorie de l’individu qui parle: placé en hauteur, sa situation est fragile. Un rien peut le déséquilibrer.

Un bon orateur doit être en mesure d’affronter un environnement qu’il redoute.

Les atouts de cet outil de formation sont multiples. «Lorsque l’on s’entraîne seul chez soi ou devant ses amis, le contexte est rassurant et stable. Un bon orateur doit cependant être en mesure d’affronter un environnement qu’il redoute», indique Marianne Schmid Mast. A cet égard, la réalité virtuelle offre une grande flexibilité. «Elle permet de paramétrer de nombreux éléments tels que la taille du lieu, le nombre de spectateurs, mais aussi la réaction de l’auditoire, étant précisé qu’il est possible de commander les avatars pour les faire réagir». Ainsi, en présence d’un discours peu convaincant ou fluide, certains d’entre eux quitteront la pièce, d’autres s’endormiront.

Au cours de cette formation, différentes techniques de gestion du stress seront enseignées: l’importance d’une bonne préparation et respiration (six inspirations profondes par minute stimulent le système parasympathique, responsable du ralentissement de la fréquence cardiaque), mais aussi le rôle essentiel du discours intérieur qui doit être bienveillant envers soi-même. «Il est essentiel avant toute prise de parole de s’encourager», note Marianne Schmid Mast.

Cultiver une saine distance face à ses pensées

Enfin, pour beaucoup, donner une présentation revient à s’exposer au regard et au jugement des autres. A cet égard, il est intéressant de noter que nos pensées, parce qu’elles nous projettent dans des situations qui n’existent pas, agissent très souvent comme un casque de réalité virtuelle. «Un nouvelliste, Jean-Denis Bredin, que je me souvienne, raconte l’histoire d’un professeur qui avait mis tout son soin à préparer son dernier cours qui devait marquer durablement ses élèves, ses collègues et même l’Histoire, dit encore Me Marc Bonnant. Quelques instants après avoir pris la parole, il s’aperçoit que sa cravate est tachée. Il est assailli d’une multitude de réflexions dérisoires. Que vont-ils penser de moi? Que je suis négligé. Que l’apparence m’indiffère. Il devine alors dans le regard de ceux qui l’écoutent un possible jugement de valeur, un rejet, peut-être même du mépris.» Comme cet homme à la cravate tachée, nous sommes nombreux à avoir ressenti une angoisse profonde liée à notre interprétation d’une situation.

Pour dominer la peur, il est crucial de prendre conscience que nos pensées ne sont que des productions de l’esprit qui ne reflètent pas la réalité. Ce n’est donc pas la situation en elle-même qui déclenche l’émotion mais bien la perception que l’individu en a. Pour modifier la façon dont notre cerveau perçoit le monde, Marianne Schmid Mast conseille un simple exercice d’imagerie mentale. «Quelques minutes avant la présentation, pensez à une situation de pouvoir, visualisez-vous en position de force. Cela diminuera votre peur d’une évaluation négative de même que les signes de nervosité comportementale. Et le public, surtout, n’apparaîtra plus comme menaçant.»

A noter que les inscriptions pour la formation sont ouvertes jusqu’au 15 septembre sur le lien www.hec.unil.ch/execed/cpp

 Source

Commenter cet article

Archives