Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Comment savoir si on est un connard?

Publié par MaRichesse.Com sur 18 Septembre 2016, 12:39pm

Catégories : #SANTE-BIEN-ETRE, #RELATIONS, #INSOLITE

Comment savoir si on est un connard?

Il existe quelques méthodes simples.

Comment sait-on si l’on est un connard? C’est la question très sérieuse que s’est posé le philosophe Eric Schwitzgebel, dans le magazine de vulgarisation scientifique Nautilus. Rares sont ceux qui sont capables de reconnaître qu’ils sont des «jerks», le terme anglais qui désigne ces types qui vous raccrochent au nez, ces professeurs qui humilient les étudiants, ou ces collègues qui transforment les réunions en champ de bataille.

Il est difficile de s’attribuer des termes aussi chargés négativement. Les gens savent plutôt bien dire s’ils sont «bavards» ou «étourdis», parce que ces«défauts» sont de petits défauts, plutôt bien acceptés dans la société. Mais tout le monde répondra évidemment «non» à la question «Etes-vous un connard?». Et puis, nous ne sommes jamais complètement ange ou démon. On est donc plus ou moins un «connard», ce qui rend la chose particulièrement difficile à constater.

 

Problème de définition

Et puis, qu’est-ce qu’un connard? Le terme est flou. Il n’y a pas de définition scientifique du terme. Les catégories scientifiques les plus proches sont sans doute«narcissique»«machiavélique» et «psychopathe», avance Nautilus. Les êtres narcissiques se considèrent comme plus importants que ceux qui les entourent. Les personnalités machiavéliques utilisent les autres comme des moyens, plutôt que comme des fins, et sont cyniques. Les psychopathes sont égoïstes et insensibles, et ont des attitudes impulsives. Mais un connard peut aussi être un connard sans réunir ces trois aspects, ni même un seul de ces trois aspects.

Un autre philosophe américain, Aaron James, a défini quant à lui les «trous du cul» («assholes»):

«Des gens qui se permettent d’utiliser les autres, en ayant un sentiment profondément enraciné qu’ils ont le droit de le faire.»

 

Se poser la question, c’est s’en éloigner

Revenons à notre question de départ: comment savoir, donc, si nous faisons partie des «connards»? Un des problèmes fondamentaux est que, si un connard cherche sincèrement à savoir s’il a mal agi, il cesse, d’une certaine manière, de l’être:

«Ce sont les plus gentils qui le plus souvent sont les plus inquiets de savoir s’ils se sont comportés comme des connards - et qui plus tard viendront s’excuser en rougissant pour leur attitude, qui en réalité n’était pas si horrible. Les connards, eux, ignorent totalement les excuses.»

S’interroger sincèrement, et réellement, sur ses attitudes est donc plutôt le signe que vous n’êtes pas un connard (sauf si vous ne le faites qu’après avoir lu cet article, alors là, évidemment, ça ne compte pas). 

 

«Etes-vous entouré d’idiots et d’ectoplasmes?»

La meilleure manière de savoir si l’on est un connard est sans doute de se demander comment on envisage le monde et les personnes qui nous entourent:

«Etes-vous entouré d’idiots et d’ectoplasmes, de gens qui n’ont aucun goût et des désirs stupides, de gens ennuyeux qui ne méritent pas votre attention, de gens qui peuvent être compris assez facilement en leur appliquant des schémas assez simples - des sales types, des snobs pincés, des gamins écervelés, des trous du cul suffisants, et même des connards?»

Si la réponse est «oui», alors il y a de bonnes chances pour que vous soyez le connard de l’histoire. Car en réalité, ce ne sont sans doute pas les gens autour de vous qui sont inintéressants, c’est que vous ne savez pas ouvrir les yeux sur eux, ni vous y intéresser. 

 

Méditation pleine conscience

Si vous n’êtes toujours pas certain, Nautilus propose une autre méthode: la méditation pleine conscience. Une étude menée par la psychologue Erika Carlson a récemment suggéré qu’elle était un moyen utile pour mieux se connaître, et particulièrement pour appréhender les traits de caractère qui sont les plus difficiles à discerner.

Une autre étude a aussi démontré que la méditation pleine conscience permettait à des participants de mieux anticiper leurs émotions en réaction à une élection présidentielle. Si vous êtes un connard, la méditation pleine conscience vous aidera sans doute à le réaliser. Et dans le même temps, très certainement, à vous débarrasser de cette attitude. 

 Source

Commenter cet article

Archives