Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Comment French blue veut bouleverser le secteur aérien français

Publié par MaRichesse.Com sur 12 Septembre 2016, 04:34am

Catégories : #VOYAGE, #FRANCE, #ENTREPRISE

Comment French blue veut bouleverser le secteur aérien français

La nouvelle compagnie entend faire du low cost long courrier un élément incontournable du transport aérien français. La direction se fixe des objectifs ambitieux, malgré les inquiétudes des salariés de la compagnie soeur, Air Caraïbes.

Malgré les doutes de certains professionnels et les hésitations des concurrents, la famille Dubreuil croit dur comme fer au low-cost long courrier. Elle espère même en faire un élément incontournable du secteur aérien. «French blue (la compagnie low cost long courrier du groupe, lancée au printemps dernier, ndlr) matérialise notre ambition de développer le pavillon français avec une offre nouvelle et capable de dynamiser de façon significative les marchés existants», affirmait Marc Rochet, président de la compagnie, en mars dernier. Lors du premier vol de la compagnie samedi, le message n'avait pas changé.

 

Le secret de la réussite, selon Jean-Paul Dubreuil, président du conseil de surveillance du groupe familial:«partir d'une feuille blanche car on ne peut pas imaginer réussir en partant d'une compagnie existante». Concrètement, cela signifie s'affranchir des éventuels accords existants dans le secteur. Et réduire les frais de personnels. Chez French blue, l'écart de coût de production avec la compagnie soeur Air Caraïbes est de «plus de 10%», nous confie-t-on. Le personnel navigant vole entre 800 et 850 heures par an, plus que chez Air Caraïbes. Mais ce n'est pas tout: «Nous avons revu les coûts de l'avion, de la maintenance, l'organisation de la distribution», énumère Marc Rochet.

Cette épuration des coûts, cumulée à un environnement favorable (avec des prix du pétrole bas), explique la politique tarifaire agressive. Pour son lancement, French blue proposait des allers simples vers Punta Cana pour 149 euros et se dit prête à réitérer l'expérience. Avec des prix en moyenne 15% inférieurs à ceux de la concurrence sur cette destination (Air France et XL Airways), la recette semble prendre. En à peine trois mois, la compagnie dit avoir écoulé 20.000 billets. «Nous sommes un peu au-delà de nos objectifs», affirme même Marc Rochet. En face, la concurrence est forcée de suivre la marche. Depuis l'arrivée de French blue, Air France et XL Airways ont réduit leurs prix d'une centaine d'euros sur cette destination, assure ce dernier. 

 

Quatre rotations hebdomadaires 

Le groupe Dubreuil, dont la compagnie Air Caraïbes est aujourd'hui la plus profitable du paysage aérien français, admet faire un pari audacieux. Mais le groupe a «la volonté de ne pas laisser passer l'opportunité comme ce qui a pu être observé dans le moyen courrier en France». Selon Marc Rochet, «les déplacements se font aujourd'hui de manière familiale, pour les loisirs. Il faut proposer des tarifs clairs, pour que les clients ne s'y perdent pas, et des options», explique-t-il. Tout ce que le low cost peut offrir selon lui.

French blue se veut ambitieuse. Elle effectuera quatre rotations hebdomadaires vers la République dominicaine et veut être la première à profiter du potentiel de cette destination (le secteur touristique du pays a enregistré une croissance de 6% au premier semestre et vise 10 millions de touristes en 2020 contre 6 millions aujourd'hui). Dès l'été prochain, elle ouvrira une liaison vers La Réunion et probablement l'Île Maurice. La compagnie se dotera d'ici 2018 de deux nouveaux A350, devenant ainsi la première low cost long courrier à exploiter le dernier né de chez Airbus. Quatre cents emplois seront créés pour accompagner ce développement.

Les salariés d'Air Caraïbes observent, eux, ces évolutions avec inquiétude. Ces derniers avaient lancé une grève au printemps, lors de l'annonce de la création de cette compagnie par leur maison mère. Samedi, Jean-Louis Dubreuil a balayé leurs craintes: «Il n'y aura pas de canibalisation d'Air Caraïbes par French Blue. Nous travaillerons de manière conjointe. Il y a de la croissance pour les deux compagnies».

Marc Rochet se donne deux ans pour faire de French blue une compagnie rentable. «Nous allons poursuivre notre développement, nous avons plein d'idées. Il y aura des difficultés mais le low cost finira par connaître le succès qui doit lui revenir», a-t-il assuré. 

 Source

Commenter cet article

Archives