Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Comme l'Union soviétique, l'UE bientôt dans les poubelles de l'histoire ?

Publié par MaRichesse.Com sur 18 Septembre 2016, 19:57pm

Catégories : #POLITIQUE, #EUROPE

Comme l'Union soviétique, l'UE bientôt dans les poubelles de l'histoire ?

La récente crise des migrants a fait lumière sur la «crise d'unité» de l'Union européenne. Pour le journaliste irlandais Bryan MacDonald, l'organisme européen souffre des mêmes symptômes que l'URSS dans ses dernières années d'existence.  

 

Mikhaïl Gorbatchev a très bien dit, il y a pas mal de temps : «Le développement le plus énigmatique de la politique moderne, c'est la détermination apparente des dirigeants européens occidentaux à recréer l’Union soviétique en Europe de l’Ouest.»

Le dernier dirigeant soviétique ne se référait pas à une aspiration de l'UE de s'étendre vers l’est, mais plutôt à la structure de gouvernance mal équilibrée, quand les petits Etats sont de plus en plus dominés par des membres plus grands. Cela est apparu de façon évidente l'année dernière, lorsqu'Angela Merkel a de façon quasiment unilatérale imposé à l'Union une politique d’immigration libérale, qui a entraîné une division très importante de ses membres.

Il y a dix ans, la Bulgarie et la Roumanie étaient à quelques mois de l’accession à l'UE, la Croatie faisant tout son possible pour les suivre. En effet, l’Union était tellement attirante que même les pays riches comme la Suisse et la Norvège avaient des débats sérieux en vue de la rejoindre. Si quelqu'un avait annoncé que dix ans plus tard, le président de la Commission européenne lancerait des avertissements concernant à la «crise existentielle» de l'UE, vous vous seriez probablement demandé ce qu'il avait bu.

Mais on est en 2016, et Jean-Claude Juncker a dit cela dans son discours annuel devant les députés. Il a reconnu que le bloc manquait d’unité en indiquant que «l'histoire ne se souviendra pas de nous. Elle se souviendra de nos erreurs et de leurs effet sur la prochaine génération». Alors que le chef de l'exécutif européen a tardivement informé les membres du législatif des réalités actuelles, il est raisonnable de penser que le poisson était déjà ferré. C'est apparemment comme ça que  les événements évoluent à pas géant sur le continent.  

 

 

L'Union européenne s'est agrandie trop vite. Et l'idéologie l'a emporté sur le pragmatisme pendant trop longtemps

 

Une Union divisée

Cette semaine encore, le ministre des Affaires étrangères du Luxembourg a appelé à ce que la Hongrie soit jetée hors du club pour avoir refusé d’accepter des migrants, alors que l'Autriche semble incapable d’organiser une élection présidentielle. Certains pensent que c’est le cas parce que l'establishment a peur de la victoire des nationalistes, car les sondages démontrent le large soutien du candidat d’extrême-droite Norbert Hofer, mais la raison officielle est une colle défectueuse sur les enveloppes destinées au vote par correspondance.

Entre temps, à Vienne, le représentant le plus éminent du clergé autrichien, Christoph Schönborn, avertit les catholiques que les musulmans planifient la «conquête islamique de l’Europe». Dans un contexte global, Christoph Schönborn n'est pas une figure obscure, c'est même l'un des favoris à la succession du pape François au poste d'évêque de Rome.

En même temps, les Balkans reviennent lentement vers cette l'idée. Les Serbes de Bosnie proposent un référendum sur l’indépendance de Sarajevo et la réponse de Zagreb est de menacer d'«agir pour protéger les Croates» en Bosnie, considéré par comme un «Etat qui a failli».

Comte tenu de tous ces discours présageant une crise, les Britanniques se sont libérés de ce pression en votant pour sortir du bloc. Et leurs voisins en Irlande, à l'époque figure emblématique de l’Union européenne, se sont tout-à-coup mis à remettre en question leur propre participation, au vu des pressions exercées par Bruxelles sur le système de fiscal mis en place par Dublin. Comme si ce n'était pas assez mauvais, des hommes politiques anti-Bruxelles montent dans les sondages en Italie et aux Pays-Bas, alors qu'en France, Marine Le Pen propose d'organiser un référendum sur le «Frexit». Il vaut la peine de garder à l'esprit que ces trois Etats sont les piliers du projet.

 

Cherchez l’erreur

Les eurocrates consacrés, comme notre vieil ami Carl Bildt, sont naturellement consternés. Mais ils semblent incapables d’accepter leur part de responsabilité dans cette lente implosion de l'UE.

Autrement dit, elle s'est agrandie trop vite. Et l'idéologie l'a emporté sur le pragmatisme pendant trop longtemps. Bruxelles a, par exemple, tendu la main à l’Ukraine en 2013, en lui proposant  un accord d'association, au moment où il était clair que la population de l’UE n’avait aucune envie d'accueillir de nouveaux entrants. Quand on se souvient des événements, la présence du commissaire britannique en charge des Affaires étrangères, Catherine Ashton, à Kiev, à Maïdan, était tellement ridicule, considérant la position déjà fragile du Royaume-Uni dans l’Union européenne. Pourtant, pas un seul commentateur des médias britanniques n'a jamais mentionné cette hypocrisie.  

 

 

Les eurocrates peuvent détester le Premier ministre hongrois Viktor Orban, mais faire cela signifie ne pas tenir compte de son électorat

Les efforts se sont concrétisés en 2015, lors de la crise des migrants, lorsque certaines élites semblaient faire de la politique à la hâte. C’est comme ça qu'Angela Merkel, apparemment sans consulter personne, a unilatéralement ouvert les portes de l'Allemagne à de nouveaux arrivants.

En fin de compte, 1,1 million de migrants étaient arrivés avant la fin du mois de décembre de la même année. Seuls 54 d'entre eux ont jusqu'à présent obtenu des emplois au sein d'entreprises allemandes, en dépit de la rhétorique de représentants de l'économie, comme le président de Daimler, Dieter Zetsche, qui avait affirmé que la plupart des réfugiés étaient «bien formés et motivés» et que «Mercedes avait besoin d'eux». Son entreprise a tout de même recruté 40 stagiaires.

Angela Merkel a également échoué à se mettre d’accord sur un plan concerté avec d'autres dirigeants de l'UE. Mais maintenant, elle attend qu’ils aident à soulager le fardeau de l'Allemagne et accueillent plus de migrants. Jusqu'à présent, la Pologne, la Hongrie et la Slovaquie refusent de jouer à ce jeu et certains autres pays offrent une coopération minimale. La Lettonie – où la population a baissé de 15 400 personnes rien qu’en 2014 – en a accepté 47 et la Lituanie, 26.

 

Ce qui est valable pour la cane…

La racine du malaise est simple. L’establishment allemand favorise largement l'immigration à grande échelle, même si, d’après les sondages, les deux tiers des citoyens ne sont actuellement pas d’accord avec le slogan «Bienvenue aux réfugiés» . Cependant, les gouvernements de nombreux autres pays de l'UE ne soutiennent pas cet afflux, notamment en raison du fait que la plupart de ces nouveaux arrivants ne sont pas issus de la tradition chrétienne. Alors que les médias libéraux et eurocrates eux-mêmes semblent être scandalisés par cette position, c’est un point de vue qui était plus ou moins général dans toute l'Europe jusqu'à très récemment.

Par exemple, les eurocrates peuvent détester le Premier ministre hongrois Viktor Orban, mais faire cela signifie ne pas tenir compte de son électorat. Viktor Orban n’est pas un dictateur et sa position reflète très probablement le point de vue des Hongrois qui l'ont élu. Ainsi, s’il se prosternait devant les exigences de Bruxelles, de telles actions seraient antidémocratiques au niveau national. 

 

 

L'UE a grandi trop vite et récolte maintenant la tempête car ses structures ne s’en sortent pas

Là est tout le problème. Les libéraux perçoivent l'UE comme un véhicule pour la promotion de la démocratie, mais reculent quand les politiciens élus de façon honnête poursuivent des politiques qui ne sont pas à leur goût. Nous l'avons vu en Ukraine en 2013, lorsque l'ancien président Viktor Ianoukovitch a rejeté un accord d'association avec l'UE qui consituait une très mauvaise opération financière pour son pays. Plutôt que de respecter son mandat, les eurocrates ont activement soutenu son éviction par un coup violent.

Parallèlement aux avertissements terribles lancés sur l'avenir de l'UE, le discours de Jean-Claude Juncker contenait des références à une contribution incontestable de l'alliance pour la paix et pour le travail des agriculteurs, ainsi que l'intervention de Bruxelles pour réduire les frais d'itinérance de la téléphonie mobile.

Quant à l'accord sur les migrants passé avec Ankara, qui était censé permettre aux Turcs de voyager sans visa dans l'espace Schengen dès cet automne, il n'en a pas fait mention. Le président de la Commission a également évité de s'exprimer sur les mauvaises relations avec la Russie ou sur la guerre en Ukraine, un sujet qui frémit encore.

En janvier 2004, l'UE comptait 15 membres, uniformément occidentaux, principalement progressistes et relativement riches. Une décennie plus tard, elle se vantait d’en avoir 28 et la plupart des nouveaux arrivants étaient d'anciens pays de l'Est, qui sont relativement pauvres et socialement plus conservateurs que le reste de l'Union.

C'est le problème. L'UE a grandi trop vite et récolte maintenant la tempête car ses structures ne s’en sortent pas. Les dirigeants du bloc auraient dû écouter Mikhaïl Gorbatchev. Après tout, personne ne sait mieux que lui ce qui se passe lorsqu’une grande union perd l'adhésion de ses citoyens. 

 Source

Commenter cet article

Archives