Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Chine : grâce à la reconnaissance faciale, un prof sait si ses étudiants s’ennuient

Publié par MaRichesse.Com sur 15 Septembre 2016, 06:31am

Catégories : #CHINE, #ECOLE, #INSOLITE

Chine : grâce à la reconnaissance faciale, un prof sait si ses étudiants s’ennuient

Un professeur de l’université Sichuan, dans le sud ouest de la Chine, utilise un dispositif de reconnaissance faciale pour déterminer si ses étudiants sont stimulés ou si au contraire, ils s’ennuient. L’objectif de Wei Xiaoyon, professeur de science? Adapter ses cours pour intéresser le plus possible ses élèves et éveiller leur curiosité. Le logiciel ultrasophistiqué décrypte les émotions que ressentent les étudiants à partir des images capturées par des caméras installées dans les salles de cours. Le dispositif permet ainsi de déterminer si les élèves sont «heureux» ou «neutres». À partir de ces données, il est possible de déterminer leur degré d’ennui. Les visages de 324 étudiants ont ainsi pu être analysés. 

 

«Il est possible de déterminer ce qui suscite l’intérêt des élèves»

«Si nous corrélons ce type d’information à la manière d’enseigner, et que nous nous basons sur une chronologie, il est possible de déterminer ce qui suscite l’intérêt des élèves», explique Wei Xiaoyon au quotidien britannique The Telegraph . «Le professeur peut ainsi savoir s’il enseigne de la bonne manière ou si le contenu de l’enseignement est adapté à ses étudiants». De nombreux professeurs partout en Chine ont d’ailleurs adopté le dispositif . Wei Xiaoyon considère que cette technologie pourrait être utile dans tous les domaines de l’enseignement et même au-delà.

 

À l’origine, ce professeur attentionné utilisait ce dispositif afin de remplir une feuille de présence. Lorsqu’il était jeune professeur à l’université, il oubliait souvent de faire l’appel et il a réfléchi à un système «moins contraignant et moins chronophage». 

 Source

Commenter cet article

Archives