Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Boycott de l'hymne US : Obama défend la démarche du quarterback Kaepernick

Publié par MaRichesse.Com sur 6 Septembre 2016, 04:05am

Catégories : #OBAMA, #FAITSDIVERS, #RACISME, #ETATS-UNIS

Boycott de l'hymne US : Obama défend la démarche du quarterback Kaepernick

Barack Obama a défendu lundi la démarche du joueur de football américain Colin Kaepernick, qui a refusé de se lever pour l'hymne national, jugeant qu'il avait réussi à attirer l'attention «sur des sujets qui méritent d'être abordés».

 

Le quarterback des San Francisco 49ers est au centre d'une vive polémique depuis qu'il a refusé à plusieurs reprises de se lever au moment où le stade entonnait le «Star-Spangled Banner» (La Bannière étoilée). Colin Kaepernick, métis de 28 ans, dont le père biologique était noir mais qui a été adopté et élevé par un couple de Blancs, a expliqué vouloir ainsi protester contre «l'oppression» de la communauté noire aux Etats-Unis. «Je ne vais pas afficher de fierté pour le drapeau d'un pays qui opprime les Noirs», a-t-il expliqué.

 

«Il participe au débat démocratique» souligne Obama

 

«Il exerce son droit constitutionnel à faire passer un message», a souligné le président américain lors d'une conférence de presse à l'issue du sommet du G20 en Chine. «Il existe une longue histoire de figures du sport qui ont fait de même. Et il y a différentes façons de le faire», a-t-il ajouté. Reconnaissant que cela pouvait être «quelque chose de difficile» à digérer pour les familles de militaires, Barack Obama a estimé que la démarche du joueur pouvait se comprendre.

 

 
 

 

 

«Je ne doute pas de sa sincérité. Je pense qu'il est attaché à des questions réelles, légitimes qui méritent d'être abordées», a poursuivi Barack Obama. «Je préfère voir des jeunes gens qui sont impliqués et essayent de concevoir comment ils peuvent participer au débat démocratique plutôt que des gens qui se comportent en spectateurs et ne prêtent pas attention du tout à ce qui se passe», a-t-il ajouté. «Parfois, c'est un peu compliqué, mais c'est comme cela que la démocratie fonctionne», a-t-il conclu.

 

Megan Rapinoe apporte également son soutien

 

Dimanche soir, c'est l'internationale américaine de football Megan Rapinoe qui a apporté son soutien à Colin Kaepernick. L'ex joueuse de l'Olympique lyonnais, âgée de 31 ans, a posé un genou à terre lorsque l'hymne américain a retenti avant le match du Championnat professionnel américain entre Seattle et Chicago, son équipe actuelle. Elle en a expliqué lundi la signification, confirmant qu'il s'agissait «d'un petit geste en direction de Colin Kaepernick». 

 

 –

Megan Rapinoe, internationale de football, boycotte à son tour l'hymne américain, (Photo : AFP/ Harry How.)

 

«C'est vraiment dégoûtant la façon dont il a été traité, la façon dont les médias ont traité cette affaire et ont donné à cette affaire une signification qu'elle n'avait pas», a-t-elle expliqué. «Etant homosexuelle, je sais ce que veut dire regarder le drapeau américain en étant consciente qu'il ne protège pas toutes les libertés», a poursuivi Megan Rapinoe. «C'est un petit geste, mais je vais continuer à le faire, pour déclencher une prise de conscience et des conversations», a insisté l'internationale américaine aux 108 sélections, membre de l'équipe des Etats-Unis sacrée championne olympique en 2012 et championne du monde en 2015. «C'est important que des Blancs apportent aussi leur soutien aux gens de couleurs», a-t-elle conclu.

 

D'autres champions porteurs d'un message politique

 

Avant Colin Kaepernick d'autres champions porteurs d'un message politique ont connu la controverse, voire la déchéance.


Inhumé en juin entouré d'hommages planétaires, la légende de la boxe Mohamed Ali avait payé de plusieurs années d'interruption de carrière son refus d'aller combattre au Vietnam.


Egalement gravés dans la mémoire collective sont les poings gantés de noir de Tommie Smith et John Carlos, sur le podium du 200 mètres des jeux Olympiques de Mexico de 1968. Ces deux athlètes, dénonçant la ségrégation raciale théoriquement abolie mais encore bien présente alors, ont été boycottés par les médias et honnis durant des décennies, avant d'être réhabilités tardivement. Dans une interview au magazine canadien Maclean's, Tommie Smith a apporté son appui à Colin Kaepernick. «Colin a fait une déclaration très importante et non polémique sur la réalité de la société dans laquelle il vit», a-t-il affirmé. 

 

 –

Tommie Smith et John Carlos, poings gantés de noir, sur le podium du 200 mètres des jeux Olympiques de Mexico de 1968. (Photo : EPU/AFP.)

 

 

  Leparisien.fr avec AFP

Commenter cet article

Archives