Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Belgique. Manifestation nationale pour marquer les deux ans du gouvernement Michel

Publié par MaRichesse.Com sur 29 Septembre 2016, 03:24am

Catégories : #BELGIQUE, #POLITIQUE

Belgique. Manifestation nationale pour marquer les deux ans du gouvernement Michel

Plusieurs dizaines de milliers de manifestants sont attendus jeudi dans les rues de Bruxelles, à l'appel du front commun syndical, qui entend une nouvelle fois protester contre les mesures prises et envisagées par le gouvernement de Charles Michel.

Le point sur les perturbations en province de Namur et dans le Brabant wallon

Le point sur les perturbations en province de Liège

La carte du cortège et les perturbations à Bruxelles 

Il s'agit de la quatrième manifestation nationale inter-professionnelle depuis l'arrivée aux affaires de la Suédoise, il y a près de deux ans. La réforme du temps de travail portée par le ministre de l'Emploi Kris Peeters, et baptisée "Loi Peeters" par ses détracteurs, sera au cœur des revendications.

Un anniversaire "saumâtre"

"C'est un anniversaire plutôt saumâtre" pour Marie Hélène Ska de la CSC. "Factures plus élevées, protection sociale réduite, travailler plus et plus longtemps pour moins et de manière toujours plus flexible. Distribution de cadeaux aux grosses fortunes et aux entreprises", tel est le bilan dressé par la FGTB, la CSC et la CGSLB.

Les manifestants sont attendus dès 08h30 devant la gare de Bruxelles-Nord. Le départ de la manifestation est prévu à 11h30 au boulevard du Jardin Botanique à Bruxelles, après les discours prononcés vers 11h00 par les leaders syndicaux. L'arrivée est programmée vers 14h00 gare du Midi.

La dernière manifestation nationale en date, le 24 mai dernier, avait rassemblé quelque 60 000 personnes. Il y a deux ans, le 6 novembre 2014, le front commun était parvenu à mobiliser 120 000 personnes, exceptionnel.

Plus de possibilité de concertation?

Après avoir contesté sans succès le saut d'index, le recul de l'âge légal de la pension jusqu'à 67 ans, le tax shift ou encore l'augmentation de la TVA sur l'électricité de 6 à 21%, le front commun syndical entend bien se faire entendre notamment sur la réforme du temps de travail portée par le ministre de l'Emploi Kris Peeters. Le concept de "travail faisable" ouvre la porte, notamment, à une annualisation du temps de travail et à une flexibilité accrue.

Actuellement, les discussions au sein du Groupe de 10 sont dans l'impasse. Y compris donc sur le projet de révision de la loi de 1996 (le gouvernement souhaite encadrer plus strictement les salaires dès 2017). Marc Goblet, le secrétaire général de la FGTB dit craindre de voir le gouvernement trancher seul lors de ses discussions budgétaires. Marc Goblet qui accuse les employeurs du groupe des 10 d'avoir "brisé toute possibilité de concertation".

Plusieurs secteurs perturbés

Le front commun syndical martèle que des alternatives sont possibles. Il lance plusieurs propositions: maintenir l'indexation des salaires et ainsi le pouvoir d'achat, mieux cibler les réductions de cotisations patronales, exiger en contrepartie la création d'emplois, des jobs soutenables et faisables plutôt que des flexi-jobs, prendre en compte la longueur de la carrière et de la pénibilité du travail dans le calcul de l'âge du départ à la pension, mettre en œuvre une fiscalité équitable ou encore renforcer la sécurité sociale et les services publics.

 

Cette manifestation est inter-professionnelle, ce qui signifie que plusieurs services seront perturbés ou fermés jeudi, notamment dans l'enseignement ou les administrations. Ces fermetures seront décidées au cas par cas. Par ailleurs, des travailleurs de Caterpillar Gosselies et de CP Bourg à Ottignies, touchés par la vague de licenciements ayant frappé la Belgique en ce mois de septembre, seront présents.

Si la manifestation nationale aura bien lieu jeudi, le front commun syndical a par contre suspendu la grève générale du 7 octobre. La tenue d'actions ciblées dans certains secteurs est toutefois maintenue. 

 Source

Commenter cet article

Archives