Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Voiture autonome : le véhicule de demain sera-t-il autopartagé ?

Publié par MaRichesse.Com sur 24 Août 2016, 15:08pm

Catégories : #TECHNOLOGIE

Voiture autonome : le véhicule de demain sera-t-il autopartagé ?

Si la voiture autonome représente l’avenir de la circulation routière, l’usage mutualisé des voitures à délégation de conduite devrait également révolutionner le paysage automobile.

Depuis une dizaine d’années, le développement de la mutualisation des véhicules a permis d’amorcer une évolution des mentalités dans l’approche de la conduite et de la mobilité. Les locations traditionnelles de véhicules, aux démarches administratives embarrassantes, cèdent progressivement la place à l’autopartage. Qu’il s’agisse des loueurs traditionnels, de collectivités locales, ou même de particuliers, tous ont pris un virage vers une location brève et simplifiée. A l’image de l’Autolib’ à Paris qui permet aux utilisateurs de prendre un véhicule en libre service, et de le laisser à un point différent selon leurs besoins. Quand les voitures personnelles passent 97% de leur temps en stationnement, la mutualisation des véhicules offre des perspectives prometteuses pour l’avenir.

 

Un autopartage efficace grâce à la voiture autonome

Si l’autopartage rencontre déjà un fort succès auprès des populations urbaines, un tel service demande un déploiement colossal pour être en capacité de répondre aux attentes des utilisateurs. Pour être parfaitement efficace, il impose en effet la présence d’une station toujours à proximité, ce qui limite pour l’instant cette réussite aux centres-villes densément peuplés. L’arrivée prochaine de la voiture autonome, domaine dans lequel Volvo est l’un des constructeurs les plus avancés, pourrait solutionner ce problème.

En l’état actuel, la législation conditionne la mise en circulation des voitures autonomes à la présence à bord d’un conducteur ayant le permis, installé au volant, et capable de reprendre les commandes à tout moment. Une évolution de la loi pourrait permettre, à l’avenir, aux véhicules à délégation de conduite de venir à l’utilisateur, et non l’inverse. Chacun pourrait ainsi réserver son véhicule autonome à distance et celui-ci viendrait le chercher pour l’emmener à destination, avant d’enchaîner sur une autre course.

Selon une étude du MIT*, une flotte de 300 000 voitures autonomes pourrait ainsi combler les besoins d’une ville comme Singapour et ses 6 millions d’habitants. Ceci avec une attente maximale de 15 minutes par réservation. Quand on sait qu’aujourd’hui, 800 000 véhicules, détenus par seulement 12% de la population, circulent au sein de la Cité-Etat, on imagine aisément les bénéfices en terme de fluidification du trafic et d’amélioration de la qualité de l’air.

 

Un bouleversement des transports en commun

 L’accès aux voitures autonomes en autopartage devrait également bouleverser notre approche des transports en commun en facilitant les déplacements multimodaux. Il sera ainsi possible de se rendre à la gare en autopartage, de prendre son train, puis de rejoindre sa destination avec une voiture autonome. Par ailleurs, les itinéraires locaux, aujourd’hui pris en charge par des bus publics seront sans doute assurés par des voitures autonomes. L’absence d’horaire et de trajet prédéfini offrira un gain de temps et de confort non négligeables.

Commenter cet article

Archives