Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Vénus a-t-elle été habitable avant la Terre ?

Publié par MaRichesse.Com sur 25 Août 2016, 04:31am

Catégories : #ESPACE, #SCIENCE, #TERRE

Vénus a-t-elle été habitable avant la Terre ?

Vénus a-t-elle eu un océan pendant des milliards d'années ? Selon l'étude théorique menée par des scientifiques de la NASA, la deuxième planète du système solaire aurait pu être la première à héberger la vie.

Vénus, la Terre, Mars : trois mondes avec des océans, dans un lointain passé ?© Copyright 2016, L'Obs Vénus, la Terre, Mars : trois mondes avec des océans, dans un lointain passé ?

Vénus ressemble beaucoup à la Terre : c'est une planète rocheuse, de dimensions comparables, avec une atmosphère épaisse. La gravité à la surface de Vénus serait également similaire, au contraire de Mars, où elle est à peine plus du tiers de la pesanteur terrestre. L'année vénusienne est également proche de l'année terrestre : 225 jours. Mais c'est là que s'arrêtent les comparaisons.

 

Aujourd'hui, Vénus, c'est l'enfer

 

Aujourd'hui, Vénus est une planète infernale, à cause de son atmosphère composée presque exclusivement de gaz carbonique. La pression atmosphérique à sa surface est 90 fois supérieure à ce que nous connaissons au niveau de la mer, de quoi transformer un éventuel astronaute en un petit tas de papier mâché. Il y a également la température. A la surface de Vénus, il fait 462 degrés. De quoi faire fondre le plomb et le zinc. Même les sondes conçues pour résister à ces conditions n'y ont fonctionné qu'à peine plus de deux heures.

Jusqu'ici, on pensait savoir comment Vénus avait évolué ainsi. Les théories scientifiques nous décrivaient une planète suivant un chemin très différent de celui de la Terre : étant plus proche du Soleil, elle aurait reçu davantage de rayonnement solaire, ce qui aurait rapidement fait évaporer toute l'eau qu'elle aurait pu contenir. La vapeur d'eau elle-même aurait été dissociée par les rayons ultraviolets, et son hydrogène se serait dissipée dans l'espace. Le gaz carbonique se serait alors accumulé, amenant ce que l'on nomme aujourd'hui un "emballement de l'effet de serre" : le réchauffement entraîne un réchauffement encore plus grand...  Le résultat, c'est la Vénus que l'on connaît aujourd'hui : une boule stérile, avec des champs de lave provenant de nombreux volcans boucliers, entourée d'une épaisse atmosphère de gaz carbonique parcourue de nuages d'acide sulfurique. Rien d'un paradis.

 

Des océans et un climat frais

 

Sur Vénus, les journées sont longues. 117 jours, sans compter les aubes et les crépuscules. En tout, le cycle jour-nuit dure 243 jours, soit plus que l'année vénusienne. C'est la lenteur de cette rotation, inhabituelle, qui a été au coeur des modélisations du passé de Vénus. On a longtemps pensé que pour qu'elle soit aussi lente, cela impliquait qu'elle ait son atmosphère épaisse actuelle depuis très longtemps. Or, une étude menée par des scientifiques du Goddard Institute for Space Studies de la NASA et publiée dans la revue "Geophysical Research Letters" vient aujourd'hui contredire ce modèle, démontrant qu'une atmosphère aussi fine que celle de la Terre aurait également pu produire le même résultat.

Dans le modèle proposé par l'équipe de la NASA, Vénus aurait eu un océan, peu profond, ainsi que des températures de surface compatibles avec la vie pendant au moins deux milliards d'années. Les conditions actuelles inhospitalières ne seraient apparues qu'il y a 750 millions d'années, bien avant que les premières formes de vie terrestres ne quittent les océans de notre planète.

Ces conditions auraient été rendues possibles en partie grâce à une plus grande surface de terres émergées, et plus particulièrement sous les tropiques : cela signifiait une moins grande surface d'eau, donc moins d'évaporation... et moins de vapeur d'eau dans l'atmosphère pour favoriser un début d'effet de serre.

 

"Il semble qu'il y ait eu suffisamment d'eau pour favoriser une vie abondante, avec assez de terres émergées pour réduire la sensibilité de la planète aux changements provoqués par la lumière solaire", explique la NASA.

 

D'autant qu'à l'époque, le Soleil était moins brillant, et Vénus aurait pu recevoir jusqu'à 30% de rayonnement solaires en moins par rapport à aujourd'hui. Le résultat aurait été un climat de quelques degrés plus frais que celui que nous connaissons aujourd'hui sur Terre. De quoi fournir quelques chutes de neige de temps à autre.

"Vénus était-elle le premier monde habitable de notre système solaire ?" s'interroge l'étude de la NASA. Une question certes passionnante, mais qui laisse tout de même quelques points dans l'obscurité. Si Vénus a été habitable, qu'est-ce qui a provoqué l'effet de serre et son emballement ? Le Soleil devenant plus chaud ? Le volcanisme intense ? L'absence de champ magnétique protecteur autour de Vénus ? Peut-être une combinaison de tous ces facteurs...

 

Le futur de la Terre et les exoplanètes

 

Cette étude est basée sur une modélisation, et est donc toute théorique, même si la présence de grandes quantités d'eau dans le passé vénusien serait cohérente avec les mesures effectuées aujourd'hui dans l'atmosphère de la planète. Cependant, les modèles utilisés ont une application directe : ils servent à prédire le climat futur de la Terre. "Nombre d'outils que nous utilisons pour modéliser le changement climatique sur Terre peuvent être adaptés pour l'étude de climats sur d'autres planètes, passées et présentes", explique Michael Way, auteur principal de l'étude. "Ces résultats montrent que Vénus a pu être un endroit très différent de ce qu'il est aujourd'hui".

Si ces scientifiques ont raison, cela pourrait également avoir des conséquences sur notre recherche de la vie dans d'autres systèmes solaires : la fameuse "zone habitable", qui définit la distance à laquelle une planète doit se trouver pour espérer avoir de l'eau liquide, pourrait être plus étendue qu'on le pensait si des planètes comme Vénus peuvent avoir des océans pendant des milliards d'années.

Commenter cet article

Archives