Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Urticaire : pourquoi est-elle si fréquente ?

Publié par MaRichesse.Com sur 29 Août 2016, 10:23am

Catégories : #SANTE-BIEN-ETRE, #PEAU

Urticaire : pourquoi est-elle si fréquente ?
Environ 20 % de la population fait au moins une fois dans sa vie une crise d'urticaire. Ces plaques qui démangent disparaissent en général aussi vite qu'elles apparaissent. Sauf en cas d'urticaire chronique.

 

Des plaques rouges en relief qui apparaissent immédiatement après une piqûre ou l'absorption d'un aliment, qui démangent et qui ressemblent à des piqûres d'orties (urtica signifie ortie en latin)… Nous savons tous à quoi ressemble une poussée d'urticaire. Chaque lésion reste au même endroit moins de vingt-quatre heures et part sans laisser de trace. Les démangeaisons sont souvent accompagnées de sensations de brûlures. L'étendue de la poussée est variable: elle peut se limiter à quelques rougeurs ou, à l'inverse, envahir une grande partie du corps.

«La crise est déclenchée par l'hyperactivité de certaines cellules, les mastocytes, qui libèrent au niveau de la peau des grains d'histamine, une molécule responsable des dé- mangeaisons, des plaques et des gonflements au niveau des extrémités ou du visage (jusqu'au très dangereux œdème de Quincke)», explique le Dr Brigitte Milpied, dermatologue au CHU de Bordeaux. Certains facteurs prédisposent à la survenue de ces symptômes: antécédents familiaux, prise d'aspirine ou d'un médicament anti-inflammatoire, stress, frottement, exposition au soleil ou au froid, effort, consommation de certains aliments, etc. Par ailleurs, on retrouve un terrain atopique, c'est-à-dire susceptible aux allergies, dans 40 % des cas d'urticaire.

Néanmoins, patients et médecins ignorent ce qui déclenche l'inflammation. L'urticaire se manifeste habituellement entre 20 et 40 ans, mais un grand nombre de patients ont eu de petites alertes pendant l'enfance, à l'image de l'urticaire aux fraises. Ce fruit est réputé allergisant, alors qu'en réalité il ne l'est presque jamais, mais il est «excitant» pour les mastocytes. Si la poussée dure de quelques heures à trois ou quatre jours, on parle alors d'urticaire aiguë. Il s'agit d'une affection dermatologique banale. 

 

L'urticaire chronique, vécue comme un handicap

En revanche, quand les poussées sont quasi quotidiennes pendant plus de six semaines, on parle d'urticaire chronique. Une pathologie qui affecte environ 1 % de la population. Certaines des crises sont provoquées par un élément extérieur (une pression, le chaud, le froid…) mais d'autres se déclenchent sans raison apparente. Elle guérit une fois sur deux en moins de six mois, mais il arrive que des patients doivent suivre un traitement pendant plusieurs années. Cette forme d'urticaire peut d'ailleurs devenir très gênante.

«Elle est parfois vécue comme un véritable handicap. Une urticaire chronique peut être tout aussi invalidante que des pathologies jugées plus sévères», estime le Dr Milpied. Le retentissement sur la qualité de vie socioprofessionnelle est important: visibilité des lésions, anxiété due au caractère imprévisible des crises, insomnies (les démangeaisons se font plus intenses pendant la nuit), absentéisme au travail, isolement social… En moyenne, une urticaire chronique dure deux à trois ans. Le traitement le plus courant, ce sont les anti-histaminiques: ils empêchent les démangeaisons mais ne soulagent que les symptômes. Ils seront prescrits jusqu'à ce que les signes cliniques s'atténuent, puis disparaissent spontanément. A noter que ces deux types d'urticaire ne sont pas interdépendants. Si vous avez déjà fait une crise d'urticaire aiguë, vous ne risquez pas pour autant de développer une urticaire chronique. 

 Source

Commenter cet article

Archives