Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Premier test grandeur nature pour le bus anti-bouchon chinois

Publié par MaRichesse.Com sur 4 Août 2016, 04:13am

Catégories : #INSOLITE, #TECHNOLOGIE, #CHINE, #VIDEO

Premier test grandeur nature pour le bus anti-bouchon chinois

Ce bus qui tient tout autant du tramway et qui chevauche littéralement la circulation vient d'être testé sur 300 mètres. Il doit permettre de réduire les embouteillages et la pollution mais ne convainc pas tout le monde, dont le très officiel Quotidien du Peuple.

Il avait été largement mis en avant en mai dernier par la presse officielle , lors d'un salon high-tech qui se tenait à Pékin. Depuis mardi, le projet de bus/tramway destiné à désaturer le trafic des villes chinoises est devenu concret.

Baptisé « straddling bus » (bus « chevauchant » ou « enjambant »), le TEB-1 de son vrai nom, présente une largeur équivalente à deux voies de circulation (il mesure plus de 7 mètres de large), et vient d'être testé dans la ville de Qinhuangdao, à l'est de la province du Hebei.

 

Pour l'heure, il s'agit d'un test limité puisque le bus, qui tient plutôt du tramway, n'a roulé que sur 300 mètres et sur une piste spécialement aménagée pour cela.

Mais il permet de se faire une idée un peu plus précise de ce projet qui a vu le jour il y a près de six ans et n'avait jamais atteint la barre de l'expérimentation.

Et pour cause, l'administration locale du district de Pékin, où elle était prévue, n'avait pas souhaité autoriser la construction des 185 km de voies envisagées.

 

Des contacts dans plusieurs villes de Chine

Mais la société chinoise TEBTech, qui est en grande partie à l'origine du projet, espère bien pouvoir rapidement implanter ce bus dans plusieurs villes chinoises.

Des discussions sont par exemple en cours avec la municipalité de Jilin, elle aussi située dans le nord-est de la Chine, et en décembre dernier, un accord a été signé avec celle de la ville de Zhoukou, dans la province du Henan. Mais les villes de Nanyang, Shenyang et Tianjin seraient aussi intéressées. En attendant bien évidemment de convaincre Pékin.

 

 

Mise en production des premiers bus en juillet dernier

Mais, cette fois-ci, les promoteurs du projet semblent décidés à aller plus loin et ont lancé la production des premiers engins au début du mois de juillet.

 

Il est vrai que, pour son concepteur, le projet ne présente que des avantages : avec une capacité de 1.200 à 1.400 passagers, il a les mêmes fonctions que le métro, "mais son coût est cinq fois moindre", affirme-t-il encore. En fait, un budget de l'ordre de 60 millions d'euros permettrait de financer un bus et 40 kilomètres de rails.

 

Qui plus est, toujours selon Song Youzhou, ingénieur responsable du projet, ce projet de transport public peut permettre de réduire les embouteillages de 20 à 30% et aussi les émissions de dioxyde de carbone (environ 2 600 tonnes). 

 

Le Quotidien du Peuple n'est pas convaincu

Pour autant, s'il est séduisant, le projet ne fait pas l'unanimité et dans son édition du jeudi 4 août, le très officiel Quotidien du Peuple, émet des réserves, laissant entendre qu'entre un simple test et sa mise en oeuvre concrète, il y a encore du chemin à faire et des obstacles à franchir.

Ainsi, souligne le journal chinois, il y a d'abord un problème de hauteur de véhicule. Celle-ci est limitée à 4,5 mètre et dans de nombreuses villes chinoises la hauteur sous certaines routes surélevées est plus proche de 2,2 mètres. Or, rappelle le Quotidien du Peuple, le bus anti-bouchon mesure 4,8 mètres. Sans oublier qu'il ne laisse qu'une hauteur de 2,1 mètres pour les véhicules pouvant passer dessous.

Autre argument mis en avant par le Quotidien du Peuple, celui du poids. Avec une capacité de quelque 1.200 passagers, le bus anti-bouchon pèsera sans doute plus de 100 tonnes ce qui est sans doute plus que ne peuvent supporter de nombreuses routes chinoises.


Source

Commenter cet article

Archives