Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Philippines : policiers et élus accusés de trafic de drogue se rendent à la police

Publié par MaRichesse.Com sur 8 Août 2016, 05:12am

Catégories : #MONDE, #POLICE, #JUSTICE

Philippines : policiers et élus accusés de trafic de drogue se rendent à la police

27 maires et 31 policiers se sont rendus à la police, soupçonnés de trafic de drogue. Le président des Philippines a lancé la chasse aux trafiquants de drogue. 

Une soixantaine de policiers et de dirigeants municipaux se sont présentés à la police lundi aux Philippines, au lendemain de l'annonce par le président Rodrigo Duterte que leur nom figurait sur une liste de 160 maires, anciens maires, juges et policiers accusés de trafic de drogue. Le président Duterte, qui a été élu en mai sur un programme unique de lutte contre le crime et le trafic de drogue, a menacé de les pourchasser s'ils ne se rendaient pas dans les 24 heures. Quelques heures après ce discours, deux maires figurant sur la liste se sont rendus à la police, démentant être liés aux trafiquants de drogue. Lundi, ce sont 27 maires et 31 policiers qui se sont présentés au siège de la police nationale à Manille.

Au moins 400 personnes tuées en deux mois. Depuis l'arrivée au pouvoir du président en juin, plus de 400 personnes soupçonnées de trafic de drogue ont été tuées par la police, selon le bilan fourni par les autorités philippines. Selon la chaîne de télévision ABS-CNN, il faut multiplier ce chiffre par deux, même si ce total comprend les exécutions effectuées par des membres de milices privées non identifiés. Le chef de la police nationale, Ronald dela Rosa, a fait la leçon aux policiers figurant sur la liste du président Duterte et leur a promis la mort s'ils devaient continuer à protéger les trafiquants de drogue ou à revendre la drogue saisie par leurs services. 

Des policiers désarmés et jugés. Tous les policiers accusés ont été désarmés. Ils pourraient comparaître devant la justice pénale ou administrative en cas de preuves tangibles, a déclaré le porte-parole de la police nationale, Dionardo Carlos. "Ils se verront accorder un procès équitable", a-t-il ajouté. Les organisations de défense des droits de l'homme ont demandé aux Nations unies de condamner l'augmentation des exécutions extra-judiciaires. Le Sénat philippin doit ouvrir une enquête. 

 Source

Commenter cet article

Archives