Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Les Noirs et les Blancs ne se mélangent pas aux États-Unis

Publié par MaRichesse.Com sur 23 Août 2016, 16:39pm

Catégories : #RACISME, #ETATS-UNIS

Les Noirs et les Blancs ne se mélangent pas aux États-Unis

Les familles blanches et noires continuent de vivre dans des quartiers séparés, peu importe leur niveau de vie.

Les Sebir sont une famille prospère de Milwaukee, capitale du Wisconsin. Diplômés, avec un revenu plus que confortable, propriétaires d’une grande maison, ils choisissent pourtant de déménager il y a deux ans dans un quartier pauvre et majoritairement noir pour se rapprocher de leur famille. Leur déménagement ne doit être que temporaire: il s’agit de faire garder leur fille malade. Mais, les Sebir ne sont jamais retournés dans leur maison et sont restés dans leur petit duplex, «parce qu’ils avaient l’impression d’être là où ils devaient être»raconte le New York Times.

Leur histoire pourrait n’être qu’une exception au pays de l’Oncle Sam. Cependant, les Sebir sont l'exemple parfait d’une ségrégation toujours bien ancrée: les familles noires aisées restent vivre dans des quartiers où vivent les membres de leur communauté, même si ce quartier est très pauvre. 

 

Hostilité au sein des quartiers

Une réalité qui vient contrebalancer l’idée populaire selon laquelle les ghettos raciaux sont uniquement dûs à un manque de moyens et non à l’appartenance à une communauté raciale. Et ce clivage noir/blanc ne tient qu'à une chose: les familles blanches ne sont pas du tout favorables à l’installation de familles noires dans leurs quartiers. En 2009, l’Institut national de la santé publie une étude intitulée «Does race matters in neighborhood preferences?». Le constat est sans appel à lire l'étude:

«Les quartiers mixtes ou noirs ont été classés comme moins souhaitables comme contexte de vie que les quartiers blancs, pour les Blancs interrogés. La présence d’Afro-américains dans un quartier entraîne une dégradation de sa valeur.»

Résultat, même si les Noirs et les Blancs ont le même niveau de vie, ils vont continuer à vivre dans des quartiers bien séparés, les quartiers noirs étant, en outre, plus pauvres. Aux États-Unis, près 37% des familles afro-américaines gagnant plus de 88.000 euros par an, vivent dans des quartiers pauvres, contre 9% des familles blanches dans la même situation. Ces chiffres sont encore plus impressionnants dans une ville comme Milwaukee, où la ségrégation était particulièrement présente avant l’égalité des droits: 57% des familles noires contre 6% des familles blanches.

Le Wisconsin a toujours été une région hostile à la mixité dans les quartiers. En 1955, Zeddie Hyler, jeune afro-américain, avait tenté de construire une maison dans un quartier blanc de Milwaukee: ses fondations ont été détruites à deux reprises le poussant à établir une surveillance 24h/24. La violence policière fait également partie du quotidien: le 14 août dernier, des échauffourées ont éclaté dans la ville après la mort d’un jeune noir abattu par la police

 

Un étranger chez soi

Les Afros-américains ont des difficultés à accéder à des prêts, malgré des revenus plus que corrects: en 2006, le taux de refus de prêt pour les familles noires était 31% contre 13% pour les Blancs à Milwaukee.

En 2010, la mairie de New Berlin, autre ville du Wisconsin, a tenté de mettre en place une politique de logements abordables dans les quartiers blancs afin de pallier au manque de mixité. Les menaces reçues ont conduit à l’abandon du projet, poussant le gouvernement fédéral à porter plainte contre la ville pour politique raciste.

Il y a aussi la sensation prégnante d’être un étranger dans les quartiers blancs, expliquée par les Brookens, autre famille interviewée par le New York Times. Leur fille ne supportait plus d’être «l’amie noire». Le père a été arrêté chaque semaine par la police pendant plus d'un mois et soumis à un contrôle d'identité systématique. Aujourd’hui, ils sont retournés dans un quartier majoritairement noir où ils se sentent plus intégrés.

Certains, comme les Sebir, parient pourtant sur l’avenir de leur quartier: ils ont décidé d’youvrir un commerce, afin de montrer une autre voie aux jeunes de la communauté. Le conseiller municipal de leur secteur est d’ailleurs un de leur plus grand soutien: «Aidez-nous, soyez le phénix qui renaît de ses cendres», leur écrit-il. 

 Source

Commenter cet article

Archives