Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Les entreprises suisses préfèrent Donald Trump

Publié par MaRichesse.Com sur 1 Août 2016, 08:31am

Catégories : #ENTREPRISE, #POLITIQUE, #EUROPE, #ETATS-UNIS

Les entreprises suisses préfèrent Donald Trump

A lire la NZZ am Sonntag, Donald Trump n’effraie pas les grandes entreprises suisses. Selon une ONG américaine,Center for responsive politics, UBS a déjà versé 600 000 dollars aux républicains, contre 400 000 dollars aux démocrates.

Avec une donation de près d’un million de dollars, la grande banque figure en tête du classement des multinationales suisses qui financent la campagne américaine. Elle est loin devant Genentech (Roche), Farmers Group (Zurich), Credit Suisse, Novartis, Syngenta, Zurich Insurance, Lafargue-Holcim, Swiss Re et Nestlé Waters.

L'actualité du week-end concernant le candidat républicain: Face au père d'un soldat musulman mort, Donald Trump s'enlise

 

UBS vise l'équilibre des soutiens

Dans l’ensemble, la balance penche clairement en faveur du républicain. Mais il ne s’agit que d’un bilan intermédiaire et UBS assure vouloir à terme atteindre l’équilibre entre les deux camps.

Aux Etats-Unis, les entreprises ne peuvent pas financer directement les partis ou les candidats. Des comités récoltent cependant les dons des employés et versent l’argent à des membres du Congrès, qui jouent les relais.

La préférence pour Donald Trump peut étonner. Sa politique économique n’est pas toujours en faveur des entreprises. Elle est composée d’un peu de libéralisme, mais d'une large part de protectionnisme. Il annonce des baisses fiscales sans pour autant prôner l’orthodoxie budgétaire. Reste que les entreprises suisses ne sont guère séduites par le programme d’Hillary Clinton. La démocrate veut notamment augmenter le salaire minimum et fustige le prix trop élevé des médicaments.

 

Aider les start-up

Les Etats-Unis occupent une bonne place dans la presse dominicale. Schweiz am Sonntag consacre plusieurs pages à la Silicon Valley. Car il n’aura échappé à personne qu’on fête les 25 ans d’internet, et par ailleurs, les Suisses sont nombreux dans la Vallée.

Le modèle américain de soutien aux start-up intéresse d’ailleurs notre ministre de l’économie. Selon la NZZ am Sonntag, Johann Schneider-Ammann veut améliorer leurs conditions-cadre. Il étudie un modèle pour encourager leur développement en réduisant leur fiscalité. Deux mesures sont à l’étude: exonération fiscale pendant sept ans, de même que pour les investisseurs qui les soutiennent. Les radicaux applaudissent. Les socialistes font la moue et rappelle que ces entreprises ne paient de toute façon que peu d’impôts durant leurs premières années d’existence.

 

Sécurité: l’approche finlandaise

Les actes de terrorisme qui endeuillent l’Europe secouent les politiciens suisses. A lire la SonntagsZeitung, les partis bourgeois prônent la tolérance zéro pour les étrangers ou requérants d’asile qui auraient un lien avec des terroristes. Ils préconisent le renvoi dans leur pays, même si leur sécurité n’est pas garantie. Enfin, les directeurs cantonaux de la police s’intéressent à l’approche finlandaise. La prévention de la radicalisation passe par l’observation. La société civile (enseignants, amis, familles, collègues, etc…) est encouragée à dénoncer des comportements suspects.

 

En attendant Rio...

A quelques jours de l’ouverture des Jeux Olympiques de Rio, le conseiller d’Etat bernois Hans-Jürg Käser lance un pavé dans la mare. Selon la NZZ am Sonntag, le magistrat estime que les sportifs suisses de haut niveau, qui se sont enrichis durant leur carrière, devraient reverser une partie de leurs gains afin de soutenir la relève. Une idée qui va sans doute faire long feu.

 

... et le 1er Août

La presse dominicale ne pouvait passer à côté du 1er Août. Mais sa contribution à la fête nationale ne brille pas par son originalité. Le Matin Dimanche a demandé à une poignée de personnalités ce qu’elles pensaient de notre drapeau à croix blanche. Miss Suisse, Lauriane Sallin, dit comme les autres aimer ce drapeau, «car il se démarque de tous les autres. Il n’est pas rectangulaire et, à la place des lignes, il y a une croix». SonntagsBlick a aussi interrogé nos «people» sur leur Suisse idéale en 2026. Réponse très inspirée d’Albert Rösti, président de l’UDC: «Grâce à notre neutralité, une armée forte et des frontières bien gardées, nous vivrons en sécurité.» 

 Source

Commenter cet article

Archives