Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Le CV de Trump : petits arrangements avec la vérité, mensonges et omissions

Publié par MaRichesse.Com sur 2 Août 2016, 07:59am

Catégories : #POLITIQUE, #PEOPLE, #ETATS-UNIS

Le CV de Trump : petits arrangements avec la vérité, mensonges et omissions

Une enquête du «New York Times» révèle que le candidat républicain à la Maison-Blanche a menti sur son exemption du service militaire en pleine guerre du Vietnam : il prétendait avoir échappé à la conscription à cause d'un tirage au sort particulièrement favorable ; en vérité, il a été dégagé de toute obligation militaire à cause d'une excroissance osseuse au pied.

 

 

De nouvelles révélations du New York Times, lundi, jettent le trouble sur la sincérité déjà bien écornée du candidat de Donald Trump qui n’hésite pas, par ailleurs, à mettre régulièrement en doute avec outrance la bonne foi de ses adversaires, qu’ils soient républicains ou démocrates.

Le quotidien américain s’appuie sur des documents des archives du bureau national de la conscription (Selective Service System, ndlr), datés de 1968. A l’époque, Donald Trump, 22 ans, sort tout juste diplômé de l’école de commerce de Wharton, de l’Université de Pennsylvanie. Il est en pleine forme, il a joué au football ou au squash et fait du golf. Or, dans ces conditions, il est aussi éligible au service militaire obligatoire afin d’être envoyé au Vietnam, où l’armée américaine s’embourbe dans une guerre sans issue.

Donald Trump est finalement dégagé de toute incorporation militaire à cause d’une excroissance osseuse sous le talon. Jusque-là, pourtant, le candidat républicain a affirmé à plusieurs reprises qu’il avait échappé à l’enrôlement dans l’armée américaine grâce à un tirage au sort particulièrement favorable.

En 2011, dans un entretien avec la chaîne Fox 5 New York, l’homme d’affaires se vantait d’«avoir tiré un numéro élevé» qui lui avait permis de vivre «parmi les plus belles années de sa vie». Mais, contrairement à ce qu’il avance, le tirage au sort des appelés n’a eu lieu qu’en décembre 1969, soit 18 mois après qu’il a été médicalement exempté.

Comme le souligne le New York Times, ces approximations ne sont pas sans importance. Distancé de 7 à 9 points dans les sondages face à Hillary Clinton depuis la convention du Parti démocrate, le milliardaire, qui, rapporte l’article, n’a «jamais été un fan de la guerre du Vietnam», est aujourd’hui pris dans une polémique qui lui vaut d’être critiqué jusque dans son propre camp. 

 

 Polémique avec les parents du soldat Khan, réprimandes de McCain 

Après s’en être pris aux parents d’un soldat américain tué en Irak en 2004, Humayun Khan, qui l’ont accusé de n’avoir jamais fait aucun«sacrifice», Donald Trump a été gourmandé par le sénateur républicain de l’Arizona, John McCain, qui l’exhorte aujourd’hui à«donner l’exemple [au] pays et au Parti républicain». La polémique en rappelle une autre. L’été dernier, le milliardaire exempté de conscription avait reproché à l’ex-candidat républicain à la Maison Blanche de 2008 de ne pas être un «héros de guerre» parce qu’il avait été «capturé» après s’être crashé dans le nord du Vietnam en 1967.

Des propos que Donald Trump assume, mais qui prennent une nouvelle ampleur au regard des révélations du New York Times. Comme le rappelle encore le quotidien américain, le fait d’avoir été exempté du service militaire pendant la guerre du Vietnam pour un prétendant à l’élection présidentielle, et qui plus est de s’arranger avec la vérité, est une information de premier plan pour les électeurs. En 1992, les révélations en pleine campagne présidentielle sur les efforts répétés de Bill Clinton pour être exempté de la conscription en 1969 avaient par exemple suscité de très nombreuses critiques du camp conservateur, outré par le piston obtenu par le candidat du Parti démocrate.

Par ailleurs, ce n’est pas la première fois que Donald Trump s’arrange avec les faits, voire omet quelques détails dans son CV. En septembre 2015, une enquête du Washington Post accusait le candidat républicain de tricher au golf. Un trait de caractère assez révélateur du personnage, serial démagogue en puissance. Depuis qu’il est dans la course à la Maison Blanche, le magnat de l’immobilier refuse de rendre publique sa situation fiscale. «Je n’ai pas de compte en Suisse, et je n’ai pas de comptes offshore», affirmait-il à un journaliste d’ABC News en mai dernier, devenant de facto le premier candidat à se soustraire à l’exercice depuis 1976. 

 

«Pour son électorat, les mensonges n’ont pas d’importance dans la campagne»

De quoi entretenir le doute sur la sincérité et l’authenticité que Donald Trump, businessman aux multiples casseroles, prône à longueur de journée ? «Pour l’électorat qui a voté pour lui aux primaires, ni les mensonges, ni les omissions n’ont d’importance dans la campagne, commente à ce sujet Nicole Bacharan, politologue spécialiste des Etats-Unis et chercheuse associée à la Hoover Institution de l’Université de Stanford en Californie. Les électeurs qui le soutiennent ne croient même pas à ses promesses : ils voteront pour lui au-delà des faits».

Jean-Eric Branaa, maître de conférences à Paris 2 et auteur de Qui veut la peau du Parti républicain ? L’incroyable Donald Trump, (Editions de Passy, 2016) confirme : «C’est du jamais vu dans l’histoire des Etats-Unis, et ce qui rend le personnage si étonnant». En revanche, pour l’emporter le 8 novembre prochain, Donald Trump devra convaincre par-delà l’électorat républicain modéré. Et ses approximations, ses petits arrangements, voire ses mensonges pourraient lui coûter quelques points. 

 Source

Commenter cet article

Archives