Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Le Brexit privera les Britanniques des mots français?

Publié par MaRichesse.Com sur 7 Août 2016, 09:33am

Catégories : #ANGLETERRE, #FRANCE, #INSOLITE

Le Brexit privera les Britanniques des mots français?

Ces derniers temps, les pétitions qui apparaissent sur Internet se multiplient: les unes sont sérieuses et importantes, les autres peuvent paraître ridicules, voire absurdes.

Avant que la décision de sortir de l'UE ne soit prise, les phrases en français figurant sur la couverture des passeports britanniques n'inquiétaient personne. Aujourd'hui, la situation a complètement changé. Une nouvelle pétition qui appelle à enlever les phrases en français des couvertures des passeports britanniques, a été récemment lancée: "Dieu et mon droit" et "Honi soit qui mal y pense" qui, en fait, est la devise de la monarchie britannique héritée d'Henri V (1387-1422). Pour ceux qui trouvent cette demande absurde, voici le texte de l'auteur de la requête:

"La décision de quitter l'UE signifie que le peuple souhaite reprendre le contrôle. Le contrôle de ses frontières, de sa culture et de sa langue. Que 'Dieu et mon droit' et 'Honi soit qui mal y pense' aient existé depuis des siècles en Angleterre n'a aucune importance. Le français est une langue appartenant à l'UE et n'a pas sa place sur le passeport britannique".

 

Pour l'instant, heureusement, cette requête bizarre n'a recueilli que quelques centaines de signatures. Selon The Independent, il paraît que cela ne soit qu'une fausse pétition créée par un internaute trop actif, Richard Bernden qui, pour sa part, s'est exprimé plusieurs fois contre la sortie du Royaume-Uni de l'UE.

Cependant, il y a beaucoup de personnes qui ont pris cette pétition au sérieux. Leur réaction est à la hauteur de la pétition même: ils appellent à ne pas oublier que le mot même de "passeport" doit être enlevé des couvertures, puisqu'il est français d'origine. 

 Source

Commenter cet article

Archives