Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


La piste du microbiote intestinal pour expliquer le diabète

Publié par MaRichesse.Com sur 7 Août 2016, 06:13am

Catégories : #SANTE-BIEN-ETRE, #SCIENCE, #MALADIE

La piste du microbiote intestinal pour expliquer le diabète
Le microbiote aurait un rôle clé dans le développement de l'insulino-résistance, caractéristique du diabète de type 2, conclut une étude.

 

Les chercheurs n'en finissent plus de découvrir de nouveaux rôles pour le microbiote intestinal, anciennement appelé flore intestinale. Selon une étudepubliée récemment dans la revue Nature, ces populations de micro-organismes (bactéries, levures, champignons, virus) qui vivent dans notre corps joueraient un rôle dans le développement du diabète de type 2. En cause, leur capacité à synthétiser les «acides aminés ramifiés» dont la présence dans le sang est systématiquement associée à l'insulino-résistance. Cette insensibilisation à l'hormone (insuline), caractéristique du diabète de type 2, empêche les cellules du corps d'absorber le glucose présent dans le sang. La glycémie augmente en conséquence et provoque la fatigue du pancréas.

La découverte est intrigante car ces molécules, nécessaires au bon développement musculaire, sont dites «essentielles», c'est-à-dire qu'elles ne peuvent pas être fabriquées par notre corps. Jusqu'à aujourd'hui, il était considéré que seule l'alimentation pouvait en fournir à l'organisme, et seulement en petites quantités. Elles sont d'ailleurs les stars des compléments alimentaires protéinés que s'arrachent les sportifs. 

 

Usine à acides aminés ramifiés

Pourquoi les chercheurs n'ont-ils pas découvert cette fabrication plus tôt? Vraisemblablement parce que chez le patient sain, «la synthèse dans l'intestin par des microbes est immédiatement suivie d'une consommation par d'autres, créant un bilan nul et indétectable à l'échelle de l'organisme», explique Stanislav Dusko Ehrlich, directeur de recherche à l'Inra (Institut national de la recherche agronomique) de Jouy-en-Josas, ayant participé à l'étude.

Les chercheurs européens et asiatiques du consortium MetaHIT, coordonné par l'Inra, ont analysé la composition bactérienne de l'intestin de 75 diabétiques et 277 non-diabétiques et ont découvert deux types distincts de bactéries aux fonctions intéressantes: l'une fonctionnant comme une usine à acides aminés ramifiés et l'autre les consommant.

«Dans l'intestin des individus sains, ces bactéries sont réparties de façon égale, il y a donc un bilan nul au niveau de l'organisme, explique Stanislav Dusko Ehrlich. En revanche, chez les diabétiques de type 2, nous avons trouvé un déséquilibre entre les deux groupes: la fabrication prend une place beaucoup plus importante». Cette augmentation de la concentration en acides aminés ramifiés dans l'intestin se répercute ensuite sur le taux sanguin. 

 

Une procédure coûteuse

«Pour le moment, nous ne savons pas si ces molécules sont responsables de l'insulino-résistance, ou de simples marqueurs du phénomène», continue le chercheur qui a tout de même de fortes suspicions. «Nous avons injecté les bactéries productrices dans des souris et elles sont devenues insulino-résistantes...».

Sous réserve d'une confirmation chez l'homme, «c'est une nouvelle piste de prévention. En analysant la population bactérienne de chaque individu, il devient possible de repérer très tôt les personnes susceptibles de développer une insulino-résistance». Une procédure qui reste néanmoins compliquée à mettre en place à cause de son coût élevé, estimé aujourd'hui à un millier d'euros par patient, bien qu'elle soit «prometteuse», estime le Pr Fabrizio Andreelli, diabétologue au CHU de la Pitié-Salpêtrière à Paris, n'ayant pas participé à l'étude. Il pense que cette découverte «ouvre également la voie à de nouveaux traitements plus ciblés». Car modifier la composition en bactérie du microbiote tient pour beaucoup à l'alimentation. «En consommant régulièrement de la «malbouffe», on peut perdre jusqu'à 40% des espèces qui vivent dans nos entrailles dont peut-être celles qui dégradent les acides aminés ramifiés», explique Stanislav Dusko Ehrlich. 

 Source

Commenter cet article

Archives