Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


La charge de Fillon : «Qui imagine de Gaulle mis en examen ?»

Publié par MaRichesse.Com sur 29 Août 2016, 04:25am

Catégories : #POLITIQUE, #FRANCE

La charge de Fillon : «Qui imagine de Gaulle mis en examen ?»

L'ancien premier ministre, qui affronte l'ex-chef de l'État dans le cadre de la primaire à droite, l'a attaqué dimanche sur le front judiciaire sans jamais le nommer.

La bataille de la primaire aura bien lieu. Alors que Nicolas Sarkozy s'est offert une entrée en campagne en fanfare cette semaine, couronnée d'une nette remontée dans le dernier sondage TNS Sofres-Onepoint pour RTL/Le Figaro/LCI, ses adversaires semblent avoir décidé de durcir le ton contre lui. Parmi eux figurent notamment Bruno Le Maire, Alain Juppé... Mais aussi, et surtout, son ancien premier ministre François Fillon.

» EN DIRECT - Le week-end de rentrée politique

Sans jamais nommer sa cible, le député de Paris, qui se revendique du gaullisme, a ainsi profité de son discours de rentrée prononcé à Sablé-sur-Sarthe, pour tirer contre l'ancien chef de l'État. «Il ne sert à rien de parler d'autorité quand on n'est pas soi-même irréprochable. Qui imagine un seul instant le général de Gaulle mis en examen?», a-t-il fustigé, tandis que le fondateur des Républicains est à ce jour mis en examen dans deux dossiers: l'affaire Bygmalion, et celle des écoutes.

 
 

«Avoir une haute idée de la politique signifie que ceux qui briguent la confiance des Français doivent en être digne. Ceux qui ne respectent pas les lois de la République ne devraient pas pouvoir se présenter devant les électeurs. (...) Je suis candidat à l'élection présidentielle parce que je ne veux pas que mon pays soit livré aux démagogues qui ne peuvent que le conduire au désastre. (...) Je suis candidat à la présidence de la République pour lui rendre sa dignité», a encore tancé l'élu de la capitale.

 

«Je ne perds pas mes nerfs. Je ne participe pas au concours Lépine des solutions les plus stupides et les plus imbéciles, censées lutter contre le terrorisme. Non, enfermer des dizaines de milliers de suspects sans contrôle et sans jugement ne réduira pas le risque d'attentat mais l'aggravera», a-t-il également souligné en faisant référence à la proposition de Nicolas Sarkozy de mettre en «rétention surveillée» les fichés S.

 

Invité du 20H de TF1 ce dimanche soir, l'ancien premier ministre a tenu à rester vague: «Je n'ai attaqué personne en particulier et tout le monde en même temps». Il a notamment déploré que «l'usurpation du gouvernement par le président (soit) devenue la règle depuis une dizaine d'années» et fusitgé les «présidents qui parleent à tort et à travers». «Le président, dans notre Constitution, est un arbitre», a-t-il enfin tenu à rappeler, affirmant qu'il tiendrait à rétablir cela s'il était élu. 

 Source

Commenter cet article

Archives