Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Étude: beaucoup de parents en colère

Publié par MaRichesse.Com sur 24 Août 2016, 17:16pm

Catégories : #INFOGRAPHIE, #FAMILLE, #PARENT

Étude: beaucoup de parents en colère

Environ 14 % des parents québécois ont crié, élevé la voix ou se sont mis en colère contre leurs enfants en bas âge au moins une fois par jour en 2015, et c’est dans la région de Chaudière-Appalaches que cette concentration est plus élevée.

L’Institut de la statistique du Québec a publié une étude, réalisée par des chercheurs de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), sur l’expérience de 15 000 parents d’enfants âgés de 0 à 5 ans.

L’une des conclusions de cette vaste étude quantitative est que «les parents ayant un faible sentiment d’efficacité et ceux ayant un faible sentiment de satisfaction parentale sont plus nombreux, en proportion, à crier, élever la voix ou se mettre en colère plus fréquemment».

 

Au Québec, ils sont 14 % à crier chaque jour et, à titre d’exemple, en Chaudière-Appalaches, 16,5 % des parents ont exprimé avoir été impatients.

«C’est beaucoup. Quelques fois, ce n’est pas grave, mais quand c’est chaque jour, ça nuit à l’atmosphère familiale», souligne Nadia Gagnier, spécialisée en recherche-intervention de la psychologie de l’éducation.

L’étude indique aussi qu’un parent qui se sent efficace dans son rôle aura une attitude plus positive, sensible et chaleureuse.

«Ça ne me surprend pas du tout. Ces parents sont plus rationnels. Et, plus un parent se sent incompétent dans son rôle, plus il va paniquer et avoir un comportement inapproprié», explique Mme Gagnier.

Plus de pression

Par ailleurs, les parents les plus scolarisés s’imposent plus de pression pour s’occuper de leurs enfants. À l’opposé, les parents n’ayant aucun diplôme sont plus susceptibles de se sentir plus efficaces, moins stressés.

«Ironiquement, les gens qui ont un plus haut niveau d’éducation ont leurs enfants plus tardivement, et sont des parents qui ont un moins bon sentiment d’efficacité parentale. L’hypothèse des chercheurs, c’est qu’ils ont plus conscience de la responsabilité qu’implique le fait d’être parent», dit Mme Gagnier.

Variations

Les résultats dénotent que le nombre d’histoires lues aux enfants ou les périodes de stress parental varient selon la région du Québec. Ces modulations peuvent être attribuées aux modes de vie de chaque région, croit Mme Gagnier.
«Il faut se demander s’il y a des différences sur le plan de l’éducation, au niveau du stress, de la conciliation travail-famille, le taux de famille monoparentale», dit-elle.

Étude: beaucoup de parents en colère

Commenter cet article

Archives