Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Donald Trump pourrait-il se retirer de la course à la Maison Blanche ?

Publié par MaRichesse.Com sur 11 Août 2016, 04:51am

Catégories : #POLITIQUE, #ETATS-UNIS

Donald Trump pourrait-il se retirer de la course à la Maison Blanche ?

Et si Trump était tranquillement en train de saborder sa propre campagne ? Les républicains qui se posaient la question depuis quelques semaines ont trouvé mardi soir de nouvelles bonnes raisons de croire à ce scénario farfelu. Lors d'un meeting en Caroline du Nord, le candidat a suggéré que les militants pro-armes à feu défendent eux-mêmes le deuxième amendement qui les protège, en cas de victoire d'Hillary Clinton. « Si c'est elle qui choisit les juges [à la Cour suprême, ndlr], vous ne pourrez pas faire grand-chose, les gars. Quoique... les gens du deuxième amendement... peut-être, je ne sais pas. »

VIDEO : Nouveau dérapage de Donald Trump sur le recours aux armes

 

Comprise comme un appel à la violence contre la candidate, la déclaration a suscité la condamnation quasi unanime des démocrates et des républicains, balayant le peu de crédibilité gagnée par Trump lundi avec son discours sur l'économie. Fidèle à lui-même, celui-ci a dit avoir voulu inciter les militants pro-armes à s'impliquer davantage en politique. « Il n'y a pas d'autre interprétation possible, arrêtez une minute ! », a-t-il répondu, accusant les médias de déformer ses propos ou de manquer d'humour.

Les républicains, eux, ne rient plus. La fréquence croissante de dérapages qui relèvent du suicide politique est devenue un vrai sujet d'inquiétude - évoquer l'utilisation d'une arme à feu contre un président est presque aussi tabou que critiquer un vétéran aux Etats-Unis, compte tenu des précédents historiques. D'autant que l'affaire a privé Trump du bénéfice politique qu'il aurait pu tirer des dernières révélations, mardi, sur les e-mails d'Hillary Clinton. « Il fait tout ce qu'il peut pour dissuader les gens de le soutenir, a estimé Ryan Williams, un ex-conseiller de Mitt Romney, membre du parti dans le New Hampshire. C'est comme s'il voulait que les gens le critiquent. En gros, c'est ce qu'il cherche ! Les propos dérangés de Trump sont devenus une sorte de distraction quotidienne comme le lever du jour ou la météo. » Une stratégie peu payante : plusieurs sondages montrent que 20 % des sympathisants républicains souhaitent qu'il se retire de la course.

Depuis plusieurs jours, les médias américains évoquent sans complexe le scénario d'un retrait du candidat, avant ou après le scrutin de novembre, avec ou sans la pression de son parti. Evoquant son « goût pour la compétition », son désir « de gagner plutôt que de servir », le « New York Times » s'est ainsi ouvertement interrogé sur les intentions du candidat début juillet. Plusieurs médias, dont la chaîne ABC, croient par ailleurs savoir que les responsables du parti se préparent à l'éventualité d'un retrait, mais sous la contrainte. Une option que les équipes de campagne de Trump écartent vigoureusement. « Cette question ne se poserait pas pour un candidat comme Romney ou les autres, a commenté Russell Verney, ex-conseiller du milliardaire Ross Perot, qui s'était retiré de la course en 1992, avant de retenter sa chance. Pour eux, la Maison-Blanche est le rêve d'une vie. Donald Trump, lui, n'a pas consacré sa carrière à devenir président. »


echos

Commenter cet article

Archives