Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Démission d'Emmanuel Macron : de nombreux conseillers quittent aussi le navire

Publié par MaRichesse.Com sur 30 Août 2016, 07:47am

Catégories : #POLITIQUE, #FRANCE

Démission d'Emmanuel Macron : de nombreux conseillers quittent aussi le navire

La démission d'Emmanuel Macron est-elle l'arbre qui cache la forêt ? Attendu ce mardi 30 août, le départ du ministre de l'Économie constitue un véritable coup de massue pour le gouvernement à moins de huit mois de la présidentielle de 2017. Non seulement car le fondateur du mouvement "En Marche !" risque bien de devenir un adversaire direct de François Hollande mais aussi parce que cela s'inscrit dans une dynamique négative pour l'exécutif qui fait face à une vague de départs parmi les conseillers travaillant à l'Élysée et les différents ministères. Ce sont ainsi pas moins de 48 personnes qui ont déjà fait leurs cartons, selon les informations d'Alba Ventura, éditorialiste politique de RTL.

Dès mai dernier, à un an de la grande échéance électorale, la presse se faisait l'écho d'une série de départs à l'Élysée. Le Monde relatait ainsi que dix cadres avaient décidé de quitter le navire, laissant parfois un poste vacant derrière eux. Leur futur était en revanche déjà assuré dans la fonction publique ou le privé pour nombre d'entre eux. C'était notamment le cas de Laurent Stefanini, ancien chef du protocole de l'Élysée, qui a été immédiatement nommé ambassadeur à l'Unesco. Idem pour Thierry Lataste, auparavant directeur du cabinet de François Hollande avant d'être nommé Haut-commissaire de la République en Nouvelle-Calédonie. 

 

Sauve-qui-peut

À l'approche de la fin d'un quinquennat, il n'est pas rare d'assister à une telle fuite des cerveaux. Sous la présidence de Nicolas Sarkozy, de nombreux départs avaient été enregistrés au début de l'année 2012. L'ancien site d'information Owni avait notamment recensé 115 "recasages" de collaborateurs de Nicolas Sarkozy et de son équipe gouvernementale avant le second tour face à François Hollande.

Si certains conseillers ne font que suivre un plan de carrière déjà pensé de longue date, d'autres décident de lever l'ancre lorsqu'ils sentent le vent tourner. "Cela veut dire qu'ils ne croient plus en la politique menée. C'est un signal assez révélateur d'une fin de règne", confiait à RTL.fr Stéphanie Von Euw, vice-présidente (LR) de la région Île-de-France et auteure du livre Dans les entrailles du pouvoir. "Des collaborateurs se disent qu'il faut se recaser maintenant car ce sera trop tard ensuite", ajoutait-elle. Comme personne ne croit à une victoire surprise de François Hollande, c'est donc sauve-qui-peut au plus haut sommet de l'État. Et ce n'est sans doute pas fini, selon Alba Ventura : "Ceux qui ne sont pas partis, ce sont ceux qui n'ont pas encore trouvé". 

 Source

Commenter cet article

Archives