Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Chômage : ces villes qui résistent

Publié par MaRichesse.Com sur 30 Août 2016, 10:25am

Catégories : #INFOGRAPHIE, #EMPLOI

Chômage : ces villes qui résistent

 

Le chômage a grimpé en flèche depuis 2008, mais certains bassins d'emploi ont réussi à le contenir. Que se cache-t-il derrière cette réalité ?

S'engager sur une baisse du chômage, promettre de retrouver le paradis perdu du plein-emploi... pas un politique n'y résiste. D'une campagne électorale à une autre, le refrain tourne en boucle. « Le chômage n'est pas une fatalité. Et j'inverserai la courbe », avait ainsi lancé François Hollande en plein entre-deux-tours des élections de 2012. Raillant alors le président sortant, Nicolas Sarkozy, qui avait dit, cinq ans plus tôt, que sa présidence « serait un échec si le taux de chômage ne revenait pas à 5 % en 2012 »...

 

Qu'ils soient candidat à la présidentielle, député ou maire, l'emploi est, avec l'épineux sujet de la sécurité, leur thème de prédilection pour draguer les électeurs. La préoccupation numéro un des Français.

 

A-t-on tout essayé ? Nous avons voulu voir si localement, à l'ombre des projecteurs, certains réussissaient mieux que d'autres à s'en sortir. Pour cela, nous avons fait tourner les calculettes, analysé les chiffres du chômage de l'Insee sur une période longue : entre le 1er trimestre 2008 — au moment où la courbe a grimpé en flèche à cause de l'impact de la crise financière et économique — et le 1 er trimestre 2016. En huit ans, dans la métropole, le taux de chômage s'est envolé de 6,8 % à 9,9 % de la population active. Pas un endroit en France n'a été épargné.

 

 
 

 

 

 –

 

 

Pourtant, certaines agglomérations ont mieux tiré leur épingle du jeu, en limitant la hausse du nombre de demandeurs d'emploi. Pourquoi ? Comment ? Nous sommes allés à Cherbourg (Manche), à Saint-Flour (Cantal) et à Houdan (Yvelines) pour comprendre les raisons de cette bonne résistance au chômage.

 

 

 

Verdict ? Il n'existe pas de modèle unique, mais plutôt un mélange d'ingrédients locaux : des élus qui retroussent les manches pour attirer les entreprises, des avantages géographiques bien exploités, des infrastructures adaptées, etc. Autrement dit, les bonnes pratiques qui marchent à un endroit ne sont pas toujours transposables ailleurs.

 

D'autant que derrière un bon taux de chômage peuvent se cacher des artifices statistiques. « Beaucoup de zones d'emploi qui ont un faible taux de chômage sont en réalité des territoires peu attractifs qui perdent des habitants, notamment des jeunes », prévient l'Insee. Forcément, il est plus facile d'avoir peu de chômeurs quand la population s'en va...

 

Raison pour laquelle des économistes mettent en garde sur l'utilisation « politique » du fameux taux de chômage comme seul instrument de mesure de l'emploi. L'enjeu est bien évidemment d'inverser la courbe, comme le martèle François Hollande qui en fait la condition pour se représenter. Mais pas n'importe comment : en créant des emplois.

 

 

 

 

 

Commenter cet article

Archives