Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Ces rituels qui nous aident à conjurer le chaos

Publié par MaRichesse.Com sur 30 Août 2016, 12:00pm

Catégories : #SANTE-BIEN-ETRE, #CERVEAU, #ASTUCES

Ces rituels qui nous aident à conjurer le chaos

Chaque année, Fabienne et ses amis se retrouvent dans une maison en Italie. Le dernier soir, au moment du dessert, ils s’amusent à imiter l’ambiance des courses de chevaux en tapant sur la table avec des services. Un rendez-vous totalement incontournable pour eux. De son côté, Nadège ne loupe jamais le rituel du solstice d’hiver, cette occasion magique de se réunir en petit groupe dehors autour d’un feu, et d’y brûler les petits papiers sur lesquels sont inscrites les choses qu’elle ne souhaite pas poursuivre l’année suivante.

Dans les années 1970, Maxime Leforestier, lui, avait choisi de retourner régulièrement dans «une maison bleue adossée à la colline». Et surtout: y arriver à pied et entrer sans frapper. Alors que Pierre, moins aventurier, ne manque jamais son coup de fil dominical à son pote d’enfance, histoire de refaire le monde pendant une petite heure après le dîner, confortablement installé dans son canapé.

 

Tout le monde a des rituels. Et si vous avez le sentiment de ne pas en avoir, vous faites erreur. Alors que certains rituels évidents – la réunion de famille ou le renouvellement des vœux de mariage – n’ont lieu qu’une fois par an, la plupart font partie intégrante de notre quotidien. Ils sont même essentiels, puisque selonPhilippe Gonzalez, maître d’enseignement et de recherche en sociologie à l’Université de Lausanne, ils sont une modalité pour organiser l’interaction et les rapports sociaux, pour gérer les incertitudes.

Un sas pour modifier l’attention

«C’est une sorte de sas, explique le sociologue. Il y a un avant et un après. Nos conversations, par exemple, sont encadrées par des salutations. C’est un rituel qui focalise notre attention, nous rend attentif aux éléments qui vont suivre.» Un grand classique lié à la petite enfance est le rituel du soir: le bain, le biberon, l’histoire ou la berceuse signalent qu’il est temps de basculer vers la nuit. Et l’enfant, privé du rituel savamment mis en place par ses parents, signalera ce terrible oubli relativement vite et de manière sonore.

Mais quelle est la différence entre un rituel et une habitude? «A la base, une habitude est une action efficace, qui a été intégrée pour gérer le chaos, souligne Philippe Gonzalez. Mais nous n’avons plus conscience que nous l’accomplissons, car elle fonctionne et nous libère l’esprit. Quand j’accomplis une habitude, je peux penser à autre chose. Le rituel est une forme d’habitude, mais qui focalise l’attention.»

Noël, anxiogène

Depuis que les hommes existent, les rituels ont cadré leurs vies. Bien avant les religions, dont les traditions sont encore présentes mais pas toujours faciles à s’approprier. «Le rituel de Noël produit un ordre, tout en produisant de l’anxiété. Et que fait-on de la fête de Pâques? Certains rituels sont moins évidents à conserver.»

Si, il y a un demi-siècle en Suisse, le christianisme fournissait les rituels des grands passages de la vie (baptême, confirmation, mariage, etc), ils sont aujourd’hui beaucoup plus individualisés. «Nous sommes dans une ère où les gens se fabriquent leurs propres rituels.» Une démarche qui concerne également des événements officiels comme la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques ou l’intronisation d’un président. «Le rituel offre la possibilité d’instancier un collectif, une entité abstraite. Lors de la Fête nationale, par exemple, nous instancions la Suisse.»

Des seuils importants

Ce besoin omniprésent, qui permet entre autres de gérer des seuils importants, serait étroitement lié à notre anxiété face au monde. «Le monde est complexe, nous avons besoin de l’ordonner, et le rituel est un outil puissant de production d’ordre.» Le sociologue relève encore que les situations difficiles (deuil, maladie, divorce, pays en guerre) appellent la mise en place de rituels. Une manière naturelle et humaine de conjurer le sentiment de chaos. 

 Source

Commenter cet article

Archives