Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


10 choses à savoir sur le US Open

Publié par MaRichesse.Com sur 29 Août 2016, 23:20pm

Catégories : #INSOLITE, #SPORTS, #ETATS-UNIS

10 choses à savoir sur le US Open

Les Internationaux des États-Unis s’amorcent officiellement lundi. Le US Open n’a peut-être pas le prestige de Wimbledon, mais il a une aura particulière. Avec son court central qui compte plus de sièges que le Centre Bell et ses sessions de soir qui se terminent parfois au petit matin, il est rare qu’on s’ennuie au dernier tournoi majeur de la saison.

Trois surfaces

Disputés pour la première fois en 1881, les Internationaux des États-Unis ont été réservés aux hommes pendant six ans. Depuis leur création, ils ont été joués sur trois surfaces: le gazon (jusqu’en 1975), la terre battue verte (de 1975 à 1977) et depuis, sur le dur, aussi appelé Decoturf.

Un complexe immense

Situé au cœur du Corona Park, dans le Queen’s, le USTA Billie Jean King Tennis Center est le plus grand complexe de tennis du monde. Mais ce grand centre n’a pas toujours été l’hôte du US Open. D’abord joué à Newport, dans le Rhode ­Island, le tournoi a déménagé dans le Queen’s en 1915. Les joueurs s’affrontaient alors au West Side Tennis Club. Ce n’est qu’en 1978 que le ­tournoi s’est installé à son emplacement actuel, juste à côté du City Field, le domicile des Mets, dans les Ligues majeures de baseball.

Plus de 23 000 spectateurs

Le complexe comporte 22 terrains. Le central, le Arthur-Ashe, peut accueillir 23 200 personnes, ce qui en fait le plus grand stade de tennis du monde. On y inaugure cette année un toit ­rétractable, qui sera déployé en cas d’intempéries. À voir les prévisions météorologiques, il ne devrait pas être utilisé beaucoup ces ­prochains jours.

Silence, on joue !

Le bruit des avions qui décollent de l’aéroport LaGuardia cause des maux de tête aux habitants du Queen’s depuis des décennies. Mais même si les avions demeurent nombreux dans le ciel pendant le US Open, le son de leurs moteurs embête peu les joueurs. Depuis 1990, les avions ne survolent plus le site du tournoi ­pendant les deux semaines de la compétition.

Federer parmi les plus grands

Richard Sears a remporté le US Open à sept occasions, un record. Si son nom ne sonne pas familier à l’oreille de la majorité des amateurs, c’est qu’il a réussi l’exploit au début de l’histoire du tournoi, entre 1881 et 1887. Dans l’ère Open, c’est Roger Federer qui détient le ­record du plus grand nombre de victoires ­consécutives, avec cinq entre 2004 et 2008.

Et Serena aussi

Côté féminin, Molla Bjurstedt a remporté les ­Internationaux des États-Unis à huit occasions au cours des années 1910 et 1920. Ce sont Chris Evert et Serena Williams qui codétiennent le record de titres dans l’ère Open, avec six chacune. Williams pourrait prendre seule la tête dans moins de deux semaines.

Avant Raonic et Bouchard

Ni Milos Raonic ni Eugenie Bouchard ne détiennent le meilleur résultat canadien à New York. En 1984, la Torontoise Carling Bassett Seguso a atteint la demi-finale des Internationaux des États-Unis, perdant devant Hana Mandlikova. Quant à Raonic et Bouchard, ils n’ont jamais dépassé le quatrième tour de l’événement.

Un beau chèque de paie

Cette année, le champion et la championne des Internationaux empocheront chacun la coquette somme de 3,5 millions de dollars, le plus important chèque décerné dans l’histoire

du tournoi. Si Kei Nishikori et Agnieszka ­Radwanska étaient couronnés, ils toucheraient chacun un bonus de 1 million en tant que vainqueurs de la série du US Open, qui regroupe les tournois nord-américains disputés sur surface dure au cours de l’été.

Sans la championne en titre

Le tournoi s’ouvre sans sa dernière championne. Flavia Pennetta a annoncé sa retraite après sa victoire inattendue l’an dernier. Côté masculin, Novak Djokovic sera en quête d’un 13e titre ­majeur et d’un troisième à New York. Il avait aussi remporté le titre en 2011.

Un rendez-vous avec l’histoire

Serena Williams joue gros à ce US Open. Si l’Américaine l’emporte, elle soulèvera son 23e trophée majeur, devançant ainsi l’illustre Steffi Graf. Le titre l’assurerait aussi de conserver son premier rang mondial, qu’elle détiendrait alors pour la 186e semaine de suite. Cela égalerait une autre marque détenue par Graf. 

 Source

Commenter cet article

Archives