Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Violent coup de pied à l'une de ses danseuses: le chanteur Koffi Olomide reste en prison

Publié par MaRichesse.Com sur 30 Juillet 2016, 11:16am

Catégories : #AFRIQUE, #JUSTICE, #PEOPLE

Violent coup de pied à l'une de ses danseuses: le chanteur Koffi Olomide reste en prison

Un tribunal congolais a prolongé vendredi de quinze jours la détention du célèbre chanteur Koffi Olomide, emprisonné pour "coup et blessures volontaires" sur une de ses danseuses, en dépit d'une demande de libération formulée par la défense de l'artiste, a indiqué la radio onusienne Okapi.

Koffi Olomide sera fixé sur une probable liberté provisoire dans quinze jours, a affirmé l'avocat de l'ONG Femme, jeunes, élections et justice qui avait déposé une dénonciation au niveau du parquet général, Me Francis Okito. "Le prévenu Koffi a sollicité sa liberté provisoire. Le tribunal a prorogé la détention de quinze jours", a expliqué Me Okito.


Un geste filmé à son arrivée à l'aéroport 

Chanteur de rumba populaire en Afrique, Antoine Agbepa Mumba, alias Koffi Olomide (60 ans), a été filmé, il y a huit jours à son arrivée à l'aéroport de Nairobi en train de donner un violent coup de pied à l'une de ses danseuses. Ce qui lui a valu un emprisonnement pour "coup et blessures volontaires".


Des excuses à la télévision publique

Dimanche, Koffi Olomide qui avait regagné Kinshasa, a présenté des excuses à la télévision publique "pour ces secondes d'égarements", mais la police l'a interpellé deux jours après sur la base d'un mandat du parquet après qu'un député de la majorité au pouvoir eut déposé une plainte contre la star.


Ce que risque l'artiste 

En août 2012, Koffi Olomide, dont la discographie compte 26 albums, avait été condamné à Kinshasa à trois mois de prison avec sursis pour "coups et blessures volontaires" contre son producteur. S'il est reconnu coupable de cette même infraction, l'artiste encourt cette fois entre huit jours et six mois de prison ferme. 

 Source

Commenter cet article

Archives