Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Un biais cognitif qui favorise la conformité

Publié par MaRichesse.Com sur 9 Juillet 2016, 09:45am

Catégories : #SANTE-BIEN-ETRE, #SCIENCE, #CERVEAU, #RELATIONS

Un biais cognitif qui favorise la conformité

« Les gens ont tendance à juger que ce qui est typique est également bon et approprié. Comment expliquer ces jugements, étant donnée leur validité qui est, au mieux, incertaine ? »

Les psychologues Christina Tworek et Andrei Cimpian de l'Université de l'Illinois ont fait l'hypothèse que ce raisonnement est en partie dû à un biais cognitifsystématique dans la façon d'expliquer les choses.

 

Ce biais cognitif consiste à expliquer les choses (par exemple, donner des roses à la Saint-Valentin) en se concentrant surtout sur leurs caractéristiques inhérentes ou intrinsèques (les roses sont jolies) et en négligeant le contexte (les annonceurs font la promotion des roses).

Dans une étude, publiée dans la revue Psychological Science, Tworek et Cimpian ont constaté que les gens ayant tendance à se concentrer sur des traits inhérents et à ignorer le contexte sont effectivement plus susceptibles de penser que ce qu'ils voient autour d'eux est bon.

« La façon dont nous expliquons le monde qui nous entoure influence nos croyances sur bien et le mal », soulignent-ils. « Les gens ont une forte tendance à penser que le statu quo est bon, de sorte que les choses qui sont en dehors de la norme sont considérées négativement. »

Ils ont mené une série de cinq expériences avec des adultes et des enfants de 4 à 7 ans.

Ils ont constaté que les adultes et les enfants les plus susceptibles d'expliquer les choses en considérant les caractéristiques intrinsèques étaient également plus susceptibles de penser qu'elles sont bonnes et appropriées.

Lorsque les participants étaient exposés à des informations sur les facteurs externes, ils devenaient plus flexibles et plus critiques dans leur façon de penser au statu quo, expliquent les chercheurs.

Dans une expérience, par exemple, les adultes ont lu des énoncés sur les raisons de différents phénomènes, tels que le comportement typique de donner des fleurs à la Saint-Valentin (contribution de la publicité efficace et de la commercialisation par des fleuristes). Après avoir lu ces énoncés, les participants « étaient moins susceptibles de penser que la façon dont les choses fonctionnent est bonne et moins susceptibles de penser que nous devrions continuer à faire les choses de la même façon », explique Cimpian. 

 Source

 

Commenter cet article

Archives