Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Solar Impulse II a décollé vers Abou Dhabi, dernière étape de son tour du monde

Publié par MaRichesse.Com sur 24 Juillet 2016, 03:49am

Catégories : #SCIENCE, #TECHNOLOGIE, #VOYAGE

Solar Impulse II a décollé vers Abou Dhabi, dernière étape de son tour du monde

L'avion solaire Solar Impulse II a décollé dimanche du Caire pour boucler la dernière étape de son tour du monde sans carburant entamé en mars 2015, à Abou Dhabi.

REUTERS

Le prototype d'avion à une place est parti du Caire dans la nuit pour rejoindre sa destination d'origine, un vol qui devrait durer deux à trois jours.

Pendant son tour du monde, l'avion a été piloté en alternance par les Suisses André Borschberg et Bertrand Piccard, qui font campagne pour promouvoir les énergies propres.

Le vol autour du monde s'achève à Abou Dhabi, mais pas le projet.

André Borschberg

Bertrand Piccard a jugé pour sa part que « le projet est une grande promotion des énergies propres autour du monde, et l'héritage de Solar Impulse, c'est la communauté internationale qui a été créée ».

L'avion avait atterri en Égypte la semaine dernière, mais son départ a été retardé en raison d'une vague de canicule en Arabie Saoudite, puis par des problèmes de santé du pilote Bertrand Piccard.

« J'ai commencé à rêver de ce projet il y a 17 ans, en 1999, quand j'ai fait atterrir ma montgolfière en Égypte, et 17 ans plus tard je décolle de là où elle a atterri », a dit Bertrand Piccard.

D'une envergure supérieure à celle d'un Boeing 747, fabriqué avec des fibres carbone ultralégères, Solar Impulse II pèse le poids d'une voiture et vole à une vitesse de croisière de 55 à 100 km/heure. Ses quatre moteurs sont alimentés exclusivement par le biais de 17 000 capteurs solaires incrustés dans ses ailes. Quatre batteries stockent l'excédent d'énergie afin de permettre des vols nocturnes.

L'appareil peut monter à une altitude de 8500 mètres, mais vole généralement plus bas par souci d'économie. 

 Source

 

Commenter cet article

Archives