Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


S'épiler le maillot favorise les infections sexuellement transmissibles

Publié par MaRichesse.Com sur 5 Juillet 2016, 06:13am

Catégories : #SANTE-BIEN-ETRE

S'épiler le maillot favorise les infections sexuellement transmissibles

Épilation à la cire, crème épilatoire, épilateur électrique ou rasoir…à l’approche des vacances d’été, nombreuses sont celles qui font la chasse au moindre petit poil. Mais peu importe la méthode choisie, des chercheurs américains montrent que l’épilation du maillot peut avoir des conséquences néfastes sur la santé des femmes. Notamment l’épilation intégrale qui agresse les muqueuses vaginales. Les conclusions de cette étude ont été publiées dans la revue Jama Dermatology.

► Méthodologie : les habitudes d'épilation de 3316 femmes
Pour cette étude, les chercheurs de l’université de Californie San Francisco, aux Etats-Unis, ont interrogé 3316 Américaines, âgées de 18 à 65 ans, sur leurs habitudes d’épilation. Ils leur ont ainsi demandé à quelle fréquence elles le faisaient et quelle était la motivation de cette pratique. D’autres critères comme leur âge, leur niveau d’étude ou de revenu ont aussi été pris en compte. 

A LIRE AUSSI >> Chasse aux poils : attention au soleil

 Ce que l’étude a démontré : 8 femmes sur 10 s’épilent le maillot
Premier constat : 83,8% des répondantes affirment s’épiler le maillot au moins une fois par mois. Parmi les raisons qui les motivent :
⇒ 59% d’entre elles s’épilent pour une question d’hygiène
⇒ Pour 46%, ce geste fait partie d’une routine de toilette
⇒ 21% le font suite à une demande de leur partenaire
⇒ 56% ont recours à cette pratique avant une relation sexuelle
⇒ 46% s’épilent avant les vacances
⇒ 40% estiment ce geste nécessaire avant une consultation médicale

Également, les chercheurs notent que les 18-24 ans s’épilent davantage les poils pubiens que leurs aînées. Celles qui ont un niveau d’étude supérieur le font plus régulièrement même si le niveau de revenu ne semble avoir aucune incidence sur la pratique. Les chercheurs notent aussi que les caucasiennes (blanches) le font plus souvent, peu importe leur situation géographique. En revanche, le fait qu’elles soient en couple ou non est indifférent. 

 Ce qu’il faut en conclure : bannir l’épilation intégrale
La pratique de l’épilation intime est donc très largement répandue au sein de la gent féminine. Mais les auteurs de ces travaux alertent sur le risque potentiel des effets indésirables. En effet, le fait d’éliminer les poils pubiens revient à supprimer une barrière protectrice naturelle. En plus des micro-coupures et traumatismes sur la peau, l’absence de poils favorise la prolifération des bactéries et des virus, infections sexuellement transmissibles comprises. Les femmes épilées intégralement sont ainsi plus susceptibles d’attraper de l’herpès par exemple. 

Si éliminer les quelques poils qui peuvent dépasser des sous-vêtements ne présente qu’un risque limité, les auteurs de ces travaux recommandent de bannir l’épilation intégrale. Maillot classique, brésilien ou en ticket de métro, les options restent nombreuses. 

 Source

Commenter cet article

Archives